Accueil / Auto & Transports / Europcar vise les 2 milliards d’euros de valorisation pour son entrée à en Bourse

Europcar vise les 2 milliards d’euros de valorisation pour son entrée à en Bourse

Europcar vise les 2 milliards d’euros de valorisation pour son entrée à en Bourse

Le prix de l’action du leader européen de location de véhicules, fixé le 25 juin, sera compris entre 11,50 et 15 euros. Le groupe promet de verser 30% de son résultat net annuel de l’exercice précédent en dividendes, dès 2017.

L’échéance approche. Europcar entrera en Bourse le 30 juin prochain sur Euronext ? Le groupe a détaillé lundi les termes financiers de son introduction en Bourse.

Le leader européen de location de véhicules a fixé le prix indicatif de son action entre 11,50 et 15 euro. Il faudra attendre le 25 juin pour connaître le prix définitif. Ainsi, la taille initiale de l’offre tournera autour de 855 millions d’euros. Environ 475 millions d’euros correspondent à des actions nouvelles, comme annoncé fin mai, et environ 379,5 millions d’euros à 33 millions d’actions existantes cédées notamment par Eurazeo, sur la base du bas de la fourchette.

Au total la valorisation d’Europcar “serait comprise environ entre 1,7 milliard d’euros et deux milliards d’euros en fonction du pricing de l’opération”, a déclaré Caroline Parot, directrice financière d’Europcar, au cours d’une conférence téléphonique.

Dividende en 2017

Par ailleurs, Europcar a publié une hausse de 10,6% de son chiffre d’affaires, à 414 millions d’euros, et de 24,8% de son résultat opérationnel courant ajusté, à 15 millions, au premier trimestre soutenu par son plan de transformation “Fast Lane”.

En mai, le groupe expliquait prévoir dans un communiqué “la poursuite de la croissance profitable pour les exercices 2015, 2016 et 2017 et le versement d’un dividende à compter de 2017″. Il représentera au moins 30% de son résultat net annuel de l’exercice précédent, a expliqué Philippe Germond, président du directoire et directeur général du groupe au cours d’une conférence téléphonique.

latribune.fr

Aller en haut