dimanche 20 septembre 2020
Accueil / Tic & Telecoms / Facebook dévoile son conseil des sages

Facebook dévoile son conseil des sages

Facebook dévoile son conseil des sages

Facebook a dévoilé ce mercredi 6 mai son conseil des sages, chargé de statuer sur les publications litigieuses. Le réseau social a souvent été pointé du doigt pour ses dérives, et pour avoir laissé passer de la propagande ou des messages haineux.

« C’est le commencement d’un changement fondamental dans la façon dont certains décisions sur les contenus de Facebook seront prises », a assuré le directeur des politiques publiques de la plateforme, Brent Harris. Le projet d’une sorte de « Cour suprême », ayant le dernier mot sur le maintien ou non des contenus controversés sur les réseaux Facebook et Instagram, avait été dévoilé fin janvier.

Ce conseil des sages sera composé de 40 personnalités prestigieuses, dont 20 ont déjà été désignées. Ceux-ci « possèdent une expertise significative dans plusieurs domaines clés », indique Facebook, notamment la liberté d’expression, les droits numériques, la liberté religieuse, la modération du contenu, les droits d’auteur numériques ou encore la sécurité en ligne, la censure sur internet et la transparence.

Les membres comptent notamment la lauréate yéménite du prix Nobel de la paix 2011 Kolkata Abdel-Salam Karman, l’ancienne Première ministre danoise et ancienne présidente de l’ONG Save the Children Helle Thorning-Schmidt, Andras Sajo, ancien juge hongrois et vice-président de la Cour européenne des droits de l’Homme, ou encore la Camerounaise Julie Owono, directrice de l’ONG Internet sans frontières.

« Le conseil prendra des décisions définitives et contraignantes sur la question de savoir si un contenu spécifique doit être autorisé ou supprimé de Facebook et Instagram », a expliqué Facebook. Les sages auront 90 jours pour statuer.

Facebook s’engage à rendre publiques toutes les décisions prises par son conseil de surveillance « sur son site Web, tout en protégeant l’identité et la vie privée des personnes impliquées ». Le conseil d’administration publiera en outre un rapport annuel public pour évaluer son travail et la façon dont Facebook respecte ses engagements. Le puissant réseau ne pourra en revanche pas révoquer les membres ou le personnel du conseil, qui s’appuiera sur un fonds de 130 millions de dollars.

Facebook est régulièrement mis en cause pour les contenus qu’il laisse paraître. Donald Trump lui a déjà reproché de censurer le discours conservateur, tandis que les groupes de défense des droits civiques estiment que le réseau social pénalise les minorités au profit des suprématistes blancs.

rfi

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut