Accueil / Tic & Telecoms / Facebook ne va pas s’attaquer à Spotify mais déclare la guerre à YouTube

Facebook ne va pas s’attaquer à Spotify mais déclare la guerre à YouTube

Facebook ne va pas s’attaquer à Spotify mais déclare la guerre à YouTube

Le réseau social aurait pris langue avec les grands labels américains que sont Universal, Sony et Warner en vue de muscler son offre vidéo dans le domaine musical.

Facebook ne devrait pas se lancer dans la bataille du streaming. Depuis plusieurs jours, le bruit courait, outre-Atlantique, que le groupe de Mark Zuckerberg se préparait à lancer une offre susceptible de rivaliser avec Spotify et Apple Music, la plate-forme récemment élaborée par le groupe de Cupertino.

“Nous ne prévoyons pas de nous lancer dans le streaming musical”, a confié un responsable du réseau social au site américain « The Verge » ce jeudi. Cependant, Facebook aurait bien pris langue avec les grands labels américains que sont Universal, Sony et Warner, croit savoir le « New York Times » , afin de discuter des droits sur les oeuvres des artistes en contrat chez eux.

L’objectif ? Ajouter une nouvelle pièce au puzzle de son offre vidéo en proposant des vidéos dédiées à la musique et marcher sur les plates-bandes de YouTube, filiale de Google, dont les contenus les plus populaires sont les clips.

315 milliards de vidéos visionnées en 3 mois

Selon le « New York Times », Facebook aurait aussi exhorté, ces derniers mois, des groupes tels que BuzzFeed, CNN, Vice et ESPN à publier et héberger des vidéos originales directement sur sa plate-forme. La raison ? Le groupe ne peut pas monétiser les vidéos en provenance de YouTube même lorsqu’elles sont partagées sur les fils d’actualité de ses utilisateurs.

Un manque à gagner d’autant plus frustrant que ces derniers regardent de plus en plus de vidéos via Facebook. Lors du premier trimestre de l’année 2015, 315 milliards de vidéos ont été visionnées sur le réseau social – soit une hausse de plus de 70% par rapport au trimestre précédent – selon les données d’Ampere Analysis.

De son côté, YouTube est encore loin devant (756 milliards), mais n’a progressé que de 3,7% par rapport aux trois mois précédents. Moins en pointe dans le domaine, Facebook peut cependant s’appuyer sur une réserve monumentale de 1,4 milliard d’utilisateurs à travers le monde.

“Partager les revenus avec des médias et créateurs de contenus”

Sans compter que depuis un an et demi, la firme de Mark Zuckerberg a mis les bouchés doubles dans la vidéo. Début 2014, les vidéos publicitaires ont fait leur apparition sur le réseau social qui a aussi intégré, quelque mois plus tard, l’AutoPlay, un dispositif qui fait démarrer automatiquement les vidéos sur le “mur” de l’utilisateur mais sans son.

Il y a 10 jours, un porte-parole de Facebook a déclaré à l’AFP que le réseau social était également en train de tester une “fonction de suggestion de vidéo, afin d’aider les utilisateurs à découvrir davantage de contenus vidéo similaires à celles qu’ils apprécient”. Mais surtout que le groupe allait prochainement “tester un système de monétisation où sera affichée de la publicité sous forme de vidéo dans le but de partager les revenus avec des médias et créateurs de contenus.”

Rapprochement avec Meerkat

Un modèle économique identique à celui de YouTube. Le réseau social compterait reverser 55% des revenus aux producteurs de contenus, une manière de les attirer dans ses rets. Et ce jeudi, la presse américaine s’est aussi fait écho d’un rapprochement entre Facebook et Meerkat , une application permettant de diffuser un flux vidéo en direct qui a connu un certain succès sur Twitter avant que le média social ne lance sa propre offre avec le rachat de Periscope .

Cette offensive tous azimuts de Facebook s’explique par les montants en jeu. Selon le cabinet eMarketer, le marché de la publicité vidéo en ligne devrait se monter à 7,7 milliards de dollars en 2015, contre 5,8 milliards l’an passé et pourrait atteindre plus de 14 milliards dès 2019. Le streaming peut bien attendre.

Nicolas Richaud
lesechos.fr

Aller en haut