Accueil / Finances / Fed : le relèvement des taux, ce sera plutôt en septembre

Fed : le relèvement des taux, ce sera plutôt en septembre

Fed : le relèvement des taux, ce sera plutôt en septembre

La réserve fédérale américaine réunit son Comité de politique monétaire mardi et mercredi. Janet Yellen, la gouverneure, a affirmé qu’une première hausse des taux interviendrait cette année. Nombre d’experts pensent à septembre si la reprise économique se confirme. FMI et Banque mondiale préconisent d’attendre 2016.

Le Comité de politique monétaire de la banque centrale américaine se réunit mardi et mercredi mais une hausse des taux d’intérêt, la première en près de dix ans, n’est pas attendue avant septembre par la plupart des économistes.

La vaste majorité des 60 économistes interrogés par le Wall Street Journal (72%) comme ceux de l’Association des grandes banques américaines (ABA), mise sur un début de normalisation de la politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed) en septembre si la reprise économique s’installe.

“Attention vigilante”

D’ici là, la Fed se place dans une position d’”attente vigilante” comme l’a qualifiée récemment Lael Brainard, une gouverneure de la Banque centrale, affirmant que “si un relèvement des taux ne semble pas immédiat, il se profile plus clairement à l’horizon”. Janet Yellen a affirmé fin mai que la Fed devra relever ses taux, maintenus proches de zéro depuis fin 2008, “à un moment cette année”.

Elle devrait répéter ce message mercredi lors de sa conférence de presse: “attendre trop longtemps (…) ferait courir le risque d’une surchauffe de l’économie”. La première économie mondiale a pourtant connu un mauvais démarrage au début de l’année du fait de l’hiver rigoureux, de l’appréciation du dollar et de l’effet des bas prix de l’énergie sur le secteur pétrolier.

Le PIB américain au premier trimestre révisé à la hausse?

L’économie s’est contractée de 0,7% de janvier à mars, selon une estimation provisoire officielle du Produit intérieur brut (PIB) mais plusieurs économistes ont révisé en hausse cette évaluation. Parmi eux, le cabinet Macroeconomics Advisers affirme que le premier trimestre montrera une activité stable lors de la publication de l’estimation finale par le département du Commerce le 24 juin.

Il n’y a que récemment que l’activité a semblé sortir de sa léthargie hivernale. Les créations d’emplois ont fait un bond rassurant en mai (280.000) et l’accélération des ventes de détail (+ 1,2%) est interprétée comme le signe tant attendu d’un réveil du consommateur, acteur clé de l’expansion américaine.

Le FMI conseille un relèvement des taux en 2016

Pourtant, tout le monde, loin s’en faut, n’est pas convaincu qu’une sortie de la politique monétaire ultra-accommodante américaine soit requise dès cette année. C’est le cas du Fonds Monétaire International (FMI) qui a créé la surprise en conseillant début juin à la banque centrale de repousser la première hausse des taux à 2016.

“Retarder une hausse des taux apporterait une précieuse assurance contre les risques de désinflation”, a estimé le FMI jugeant qu’il faudrait “conserver les taux d’intérêt sur les fonds fédéraux entre 0 et 0,25% jusque pendant la première moitié de 2016″.

L’inflation aux Etats-Unis (0,1% sur un an), comprimée par des bas prix de l’énergie et le dollar plus fort qui influe sur les prix importés, est loin de l’objectif de 2% que la Fed estime sain pour l’économie.

La Banque mondiale a la même position que le FMI

Emboîtant le pas de son institution soeur, la Banque mondiale a elle aussi plaidé la semaine dernière pour une hausse des taux seulement en 2016. Son chef-économiste Kaushik Basu craint qu’une hausse des taux ne renforce encore le dollar et fasse basculer les flux de capitaux hors des pays émergents, créant des turbulences sur les marchés et étranglant la croissance de ces pays.

“Nous conseillons aux pays émergents d’attacher leurs ceintures !” en réaction au resserrement de la politique monétaire américaine, a averti le principale économiste de l’institution de développement.

Nul doute que Janet Yellen sera amenée à répondre mercredi lors de sa conférence de presse à ces conseils dispensés par le FMI.

A l’issue de cette réunion de deux jours, le Comité monétaire (FOMC) publiera aussi de nouvelles prévisions économiques sur la croissance, le taux de chômage et l’inflation. Il va également divulguer la fameuse “carte des points” (“dot-plot”), un tableau gradué qui donne une indication de ce que pensent les membres du FOMC sur l’évolution des taux à l’avenir.

(avec AFP)
latribune.fr

Aller en haut