Accueil / Tic & Telecoms / Fibre optique: MTN rétrocède le WACS à l’Etat du Cameroun

Fibre optique: MTN rétrocède le WACS à l’Etat du Cameroun

Fibre optique: MTN rétrocède le WACS à l’Etat du Cameroun

Cette infrastructure stratégique installée et équipée par MTN Cameroon à Limbe est appelée à accélérer la démocratisation de l’accès à Internet et le développement des télécommunications.

Le câble sous-marin à fibre optique West Africa Cable System (WACS) a été mis en service au Cameroun le 1er juin 2015. Le Groupe MTN a souhaité que le Cameroun soit l’un des 10 pays choisis pour bénéficier de ce câble sous-marin le long de la côte occidentale du continent.
L’arrimage au câble WACS constitue donc une véritable aubaine. Mieux, avec le WACS, le Cameroun fait un véritable bond dans le développement des télécommunications. C’est « un jalon essentiel, primordial, du Cameroun des grandes réalisations. Car le Cameroun émergent à l’horizon 2035 sera numérique ou ne sera pas », a relevé le ministre des Postes et Télécommunications (Minpostel), Jean-Pierre Biyiti bi Essam lors du transfert du WACS à l’Etat du Cameroun par MTN.
A la demande du Groupe MTN, MTN Cameroon a installé et équipé un point d’atterrissement du WACS à Limbe dans la région du
Sud-Ouest en 2009. Pour les pouvoirs publics, le choix de Limbe n’est pas un fait de hasard. «Il va renforcer la position du Cameroun comme leader dans la sous-région en matière des TIC, avec le Tchad et la RCA comme clients », a précisé le Minpostel

Avantages du WACS
Avec 5,2 terabits par seconde, le WACS offrira des capacités au moins 30 fois supérieures à celles du SAT3 exploité par Camtel. Selon les experts des technologies de l’information et de la communication (TIC), grâce au WACS la connexion à Internet haut débit sera plus rapide et plus fluide. Par ailleurs, il ouvrira aussi les autoroutes mondiales de l’information qui faciliteront l’accès des Camerounais à des offres modernes de télé-enseignement, télémédecine, e-commerce, etc. Avec ses prix abordables, il devrait également, à terme, entraîner la baisse des coûts de communication et favoriser considérablement la démocratisation de l’Internet. L’arrimage au WACS « est la réponse palpable de notre secteur à la demande sans cesse croissante des entreprises, des Camerounais de tous bords, pour l’utilisation dans leur vie privée et dans leur vie professionnelle, des connexions à haut débit et très haut débit à des prix abordables (…) S’ouvrent encore plus grandes pour notre jeunesse estudiantine, pour nos entreprises, pour l’arrière-pays, pour nos échanges, pour notre recherche, les portes de la croissance et du développement tous azimuts de notre cher et beau pays », se réjouit M. Biyiti bi Essam.

Un long fleuve agité
Construit et équipé par MTN en 2009, le point d’atterrissement du WACS à Limbe n’a pas été exploité depuis 6 ans. Et pour cause, l’Etat n’a jusqu’ici pas autorisé MTN à l’exploiter. En 2010, le gouvernement a fait voter à l’Assemblée nationale une loi en vertu de laquelle seul l’Etat peut exploiter les points d’atterrissement de câbles sous-marins au Cameroun.
MTN a donc été amené à transférer la propriété du point d’atterrissement de Limbe à l’Etat pour permettre son exploitation qui va accélérer le développement des télécommunications au Cameroun et contribuer de façon significative au développement du pays.
Les nombreux bénéfices que les Camerounais sont en droit d’attendre du WACS dépendront donc de l’exploitation que Camtel en fera. Pour le ministre Jean-Pierre Biyiti bi Essam, le défi qui attend Camtel est « celui du respect du principe de l’accès ouvert qui garantit un accès équitable à tous les opérateurs », mais aussi le défi « du prix large bande qui doit être abordable à l’échelle du Cameroun, et de la sous-région ».
Le point d’atterrissement du WACS à Limbe est le deuxième point de connexion du Cameroun à la fibre optique, après le câble sous-marin SAT3 (South Atlantic3) auquel le pays est arrimé depuis 2002 à partir de Douala. Le taux de pénétration d’internet stagne à moins de 5 % au Cameroun, alors qu’il s’élève déjà à 53 % au Kenya par exemple.

Benjamin Ombé
237online.com

Aller en haut