Accueil / Finances / Finance islamique : Ériger un pont entre les investisseurs des pays du Golf et ceux de l’Afrique de l’Ouest

Finance islamique : Ériger un pont entre les investisseurs des pays du Golf et ceux de l’Afrique de l’Ouest

Finance islamique : Ériger un pont entre les investisseurs des pays du Golf et ceux de l’Afrique de l’Ouest

La finance islamique est devenue un business fécond. Entre 2010 et 2017, le volume des transactions est passé de 800 à 4.000 milliards de dollars à travers le monde avec un taux de croissance qui varie entre 15 et 25%.

La part de l’Afrique de l’ouest est très infime ; elle est estimée à un peu plus de 5%. Ce volume, soutient le président directeur général de l’Institut africain de finance islamique, Mamadou Lamine Mbacké, dénote une « potentialité forte de bâtir une industrie de la finance islamique dans notre pays et dans la sous région », surtout que des « fonds islamiques, dans les pays du Golfe, veulent investir en Afrique ». A cela s’ajoute la forte demande de la finance islamique aussi bien par les pouvoirs publics que par les particuliers. Pour Mamadou Lamine Mbacké, la 5e édition du forum sur la finance islamique en Afrique de l’ouest, prévue du 19 au 20 mars prochain, à Dakar, constitue «un croisement entre un appétit d’investissement et un besoin de financement ». Mamadou Lamine Mbacké s’exprimait, hier, au cours d’une conférence de presse en prélude à cette manifestation qui va réunir des experts de la finance islamique et d’investisseurs venant des pays du Golfe. Le thème porte sur « les investissements directs provenant des pays du Golfe destinés aux grands projets ». L’objectif, c’est de créer un pont entre les investisseurs des pays du Golfe, de l’Asie et les pays de l’Afrique de l’ouest pour attirer des investissements directs ». « Nous sommes proches d’eux religieusement et culturellement », a expliqué M. Mbacké, en saluant les efforts de l’État du Sénégal dans ce sens et de la Bceao consistant à changer le cadre réglementaire pour l’adapter aux financements islamiques. Pape Mor Ndiaye du ministère en charge du suivi du Plan Sénégal émergent (Pse) est d’avis que ce forum traduit la volonté du président de la République « de faire du Sénégal un hub de la finance islamique en Afrique de l’ouest ». « La finance islamique offre, à ses yeux, l’opportunité de drainer des fonds islamiques vers le financement des grands projets du Pse ». «Notre pays compte beaucoup sur ce mode de financements alternatifs et innovants pour prendre en charge son émergence », a-t-il fait savoir.

La directrice de l’administration et des finances de la Délégation générale à la promotion des pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose, Arame Doucké Ndiaye, a magnifié cette belle initiative qui, selon elle, intéresse toute la population. Makhtar Diop de la Caisse de dépôts et des consignations a affirmé que sa structure est intéressée par les opportunités qu’offre la finance islamique.

Souleymane Diam SY

Le soleil

Aller en haut