Accueil / Finances / Financement des Pme : 23 banques affichent leur engagement

Financement des Pme : 23 banques affichent leur engagement

Financement des Pme : 23 banques affichent leur engagement

Pour le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, « la finance s’engage » gagne en notoriété et en image.

En deux ans le gotha de la finance continue de prouver sa bonne foi dans leur engagement envers les Petites et moyennes entreprises (Pme), afin de dissiper certains clichés que leur collent des opérateurs économiques en quête de financement pour leurs activités. En effet, à travers le concept « La finance s’engage », le nombre des banques et établissements financiers qui ont donné leur quitus pour accompagner les Pme, est passé de 19 en 2016 pour atteindre, au cours de la deuxième édition dudit concept, à 23. C’est ce qu’a affirmé le jeudi 26 octobre, Daouda Coulibaly, président de la commission financement du secteur privé de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci).

De ce fait, « la Finance s’engage » tient toujours à ses ambitions, selon le président de la Cgeci, Jean Marie Ackah. Celles de participer à l’enrichissement de l’écosystème financier par le financement de produits innovants des Pme. Et aussi permettre la rencontre de la demande et de l’offre de financements en mobilisant les partenaires stratégiques ainsi que les institutions financières afin de répondre aux besoins des entreprises. Il a par ailleurs annoncé le lancement d’un projet pilote « les Pme s’engagent ».Un programme qui compte accompagner 100 Pme dans un projet de renforcement des capacités en éducation financière.

Selon le directeur des Opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire, le Togo, le Bénin, le Burkina Faso et la Guinée, Pierre Laporte, il est important que son groupe soit associé à cette initiative de financement. Dans un environnement qui devient de plus en plus compétitif, il est indéniable de trouver des solutions pour accélérer la croissance durable et dynamiser le compartiment du secteur privé, dit-il. C’est pourquoi Pierre Laporte a souhaiter la
poursuite des réformes par le gouvernement .

Il a en outre affirmé que la Société financière internationale (Sfi) a mis en place de nouveaux instruments pour accompagner le secteur privé, notamment le programme « cascade » qui consiste à financer les entreprises en attendant que les ressources publiques soient disponibles. Le vice-président du secteur privé, infrastructure et industrialisation de la Banque africaine de développement (Bad), Pierre Guislain a, lui, reconnu le rôle moteur du secteur privé dans la transformation de l’économie africaine. Avant d’ajouter que son institution s’engage à appuyer financièrement les Pme. Tout comme elle l’a déjà montré à travers le projet d’incubateur pour jeunes entrepreneurs (Prodije) qui permet aux jeunes entrepreneurs de bénéficier de formation et de financement.

Pour le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Koné, « la finance s’engage » gagne en notoriété et en image. Car, les engagements pris par les acteurs de l’écosystème des finances l’an dernier ont été tenus. Il a salué le secteur privé dans son ensemble pour son désir de contribuer à une croissance inclusive.

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Jean Claude Brou, représentant son homologue du Commerce de l’Artisanat et de la Promotion des Pme, est revenu sur la situation actuelle des Pme. A l’entendre, « malgré leur potentiel indéniable, les Pme peinent encore à accéder aux services financiers et banquiers. L’ensemble des ces problèmes constituent un risque permanent pour le promoteur mais aussi pour l’économie ». Ainsi l’organisation de la deuxième édition de « la finance s’engage » prend tout son sens, selon le ministre.

Kamagaté Issouf
fratmat.info

Aller en haut