Accueil / Finances / Football : un marché des transferts à 10 milliards de dollars en 2014

Football : un marché des transferts à 10 milliards de dollars en 2014

Football : un marché des transferts à 10 milliards de dollars en 2014

Les salaires représentent plus de la moitié des flux financiers liés aux engagements des footballeurs.

Le football professionnel n’en finit pas de nous stupéfier avec les montants faramineux de certains transferts ou salaires. Voilà un autre chiffre à couper le souffle : 10 milliards de dollars. Tel est le montant total des flux financiers liés aux mouvements internationaux ou engagements des joueurs en 2014, selon Fifa TMS, une filiale de l’instance mondiale du foot qui enregistre les transferts.

Cette somme colossale de 10,33 milliards précisément, en hausse de 13 % sur un an, inclut 4,07 milliards au titre des indemnités de transfert, 238 millions de commissions versées aux intermédiaires et, surtout, 6,02 milliards de dollars d’engagements de salaires sur la durée des contrats. En clair, la masse salariale pèse pour plus de la moitié de ce marché des footballeurs. « La plupart des transferts évoqués dans les médias impliquent d’importantes indemnités de transfert, mais en réalité, seuls 13 % des transferts impliquent le paiement d’une indemnité. En revanche, le salaire fait partie de chaque contrat­ », souligne le directeur général de Fifa TMS, Mark Goddard, dans un communiqué publié par la société.

Ce poids de la masse salariale est d’ailleurs tangible dans les statistiques qu’a publiées la filiale de la Fifa pour le dernier mercato estival. Depuis 2013, indique-t-elle, les salaires des joueurs représentent 57 % des fonds circulant dans le marché des transferts internationaux, la part des indemnités de transfert s’élevant à 41 % et celle des commissions versées aux agents à 2 %. Au passage, Fifa TMS confirme la ­toute-puissance du football européen, puisque les clubs relevant de l’UEFA représentent 80 % du total des salaires dus.

Ecrasante suprématie anglaise

La société confirme aussi le rôle prépondérant des cinq grands pays européens du foot – Allemagne, Angleterre, Espagne, France, Italie –, avec un total de dépenses cet été avoisinant 2,4 milliards de dollars (+2 % par rapport à l’été 2014), sur un total monde de 3,1 milliards (–5 %). De même, si ces statistiques exprimées en dollar troublent la visibilité du fait d’effets de change, Fifa TMS met à nouveau en évidence l’écrasante suprématie anglaise. Les clubs « British » ont déboursé pour 996 millions de dollars (–2 %), soit deux fois plus que leurs homologues espagnols (495 millions), au deuxième rang de ce palmarès européen et mondial. La France se place quatrième avec un total de dépenses de 270 millions de dollars (+65 %). Pour mémoire, ce mercato estival 2015 a été principalement marqué en L1 par l’achat par le PSG du milieu de terrain argentin Di Maria auprès de Manchester City, le deuxième plus gros transfert de l’histoire de la L1 (il est estimé à 63 millions d’euros, à comparer à 64 millions pour l’attaquant uruguayen Cavani, recruté en 2013 par le club parisien). Côté ventes, évidemment, l’opération phare consiste au transfert de Monaco à Manchester United du jeune attaquant Anthony Martial, pour une somme qui serait comprise entre 50 millions et 80 millions d’euros avec les bonus prévus.

Par ailleurs, Fifa TMS met en exergue les copieux émoluments empochés par les agents : en hausse de 8 %, le total des commissions versées cet été aux intermédiaires a atteint 158 millions de dollars, et ce, pour les Big Five européens.

Christophe Palierse / Journaliste
lesechos.fr

Aller en haut