Accueil / Auto & Transports / Ford arrête son usine russe jusqu’à l’année prochaine

Ford arrête son usine russe jusqu’à l’année prochaine

Ford arrête son usine russe jusqu’à l’année prochaine

Le constructeur américain, dont les ventes en Russie se sont effondrées de 39%, va suspendre pour deux mois la production de son usine de Saint-Pétersbourg.

Dans l’usine Ford Sollers située près de Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie), le travail, a cessé le 17 novembre. Il est suspendu jusqu’au 15 janvier.
Le constructeur dont les ventes en Russie se sont effondrées de 39% depuis le début de l’année, va prolonger les vacances annuelles pour toutes ses unités de production en Russie.

Ouverte en 2002 et située près de Saint-Pétersbourg, l’usine Ford Sollers (la coentreprise de l’américain en Russie) produit les modèles Ford Focus et Mondeo.

Les employés recevront pendant la période de suspension de la production les deux-tiers de leur salaire.

Ford a investi massivement en Russie


La coentreprise, Ford Sollers, exploite deux autres usines en Russie, au Tatarstan (bassin de la Volga) et prévoit d’y lancer prochainement une usine de moteurs.

L’effondrement du marché automobile a poussé General Motors, à quasiment quitter le marché russe, n’y maintenant que quelques modèles haut de gamme. Ford, comme la plupart des constructeurs multinationaux qui ont massivement investi en Russie ces dernières années sur fond de hausse des ventes, a affirmé au contraire vouloir rester implanté dans le pays.

C’est d’ailleurs, selon cette vision à long terme, que Ford devrait prendre le contrôle de son partenaire russe Sollers, à l’instar de ce que Renault-Nissan, a fait avec Avtovaz.

Le pouvoir d’achat qui plonge


Au total en Russie, les ventes de voitures neuves ont baissé d’un tiers sur les dix premiers mois de l’année par rapport à la même période un an plus tôt.

La Russie traverse une crise économique causée par la dégringolade des cours du pétrole et les sanctions occidentales imposées à l’économie russe en raison de la crise ukrainienne.

Le pouvoir d’achat des ménages est fortement affecté, ce qui plombe le marché automobile.

Jean Pierre Genet
largus.fr

Aller en haut