Accueil / Dossiers / FINANCE : Rencontre Club des Dirigeants de Banques - Dakar 2018 / FORUM DES DIRIGEANTS DE BANQUES D’AFRIQUE : 2 questions à Guy Laurent FOND JO Directeur général d’Afriland First Bank Guinée

FORUM DES DIRIGEANTS DE BANQUES D’AFRIQUE : 2 questions à Guy Laurent FOND JO Directeur général d’Afriland First Bank Guinée

FORUM DES DIRIGEANTS DE BANQUES D’AFRIQUE : 2 questions à Guy Laurent FOND JO Directeur général d’Afriland First Bank Guinée

A l’occasion des 29ièmes Journées annuelles des Dirigeants de Banques et Etablissements de Crédit d’Afrique, le Directeur Général de la d’Afriland First Bank Guinée Guy Laurent FOND JO par ailleurs Président de l’Association des Professionnelles des Banques et Etablissements de Guinée livre parle de l’expérience guinéenne sur les enjeux et défis du secteur bancaire.

 

ECODAFRIK : Quel intérêt portez-vous à cette annuelles des dirigeants de banques d’Afrique ?

Guy Laurent FOND JO : Ce genre de forum qui regroupe les principaux dirigeants de banques nous permets de tout d’abord partager nôtres différente expérience, en matière de problématique de financement de l’économie africaine, c’est aussi l’occasion pour nous de partager sur les sujets d’actualité, qui sont aujourd’hui les risques liés à la technologie, et a tous ce qui est FinTech. Quel est l’avenir de la banque face à toute cette évolution de la technologie et tous les risques qui vont avec ? Comment les banques doivent se restructurer et se repositionner afin de pouvoir faire face à ses nouvelles concurrences, qui vient des opérateurs des opérateurs de télécommunications ?

 

 

Comment se porte l’environnement bancaire en guinée ?

 

Il est en pleine croissance depuis les cinq dernières années. Tous les indicateurs sont dans la tendance haussières. Nous voyons pratiquement une croissance d’environ 10% chaque année. Ce qui nous fait qu’avec cette nouvelle politique lancée par le Président de la république, tous les potentialités sont entrain se mettre en œuvre pour devenir une véritable réalité. Qui parle de réalité parle donc du secteur financier qui est le moteur de la croissance. Nous nous positionnons comme partenaire privilégier de l’Etat pour le développement de la Guinée.

 

 

Propos recueillis Balguissa Sawadogo

 

Balguissa Sawadogo

Envoyée Spéciale à Dakar

Aller en haut