Accueil / Auto & Transports / Forum international des transports à Leipzig – Automatisation du fret routier : attention aux dégâts sur l’emploi !

Forum international des transports à Leipzig – Automatisation du fret routier : attention aux dégâts sur l’emploi !

Forum international des transports à Leipzig – Automatisation du fret routier : attention aux dégâts sur l’emploi !

Une entrée en force pour le Forum international des transports qui a ouvert ses travaux hier à Leipzig en Allemagne, avec une forte participation, dont celle du Maroc. Les organisateurs ont dévoilé les conclusions d’un nouveau rapport multi-auteurs que tous les médias, venus couvrir cet évènement mondial de grande envergure, attendaient. Ce fort intérêt médiatique pour ce document, que les auteurs gardaient jalousement pour cette occasion, est qu’il traite d’un piège qui risque de se refermer dans une dizaine d’années sur le secteur des transports et plus particulièrement le fret routier. Il s’agit des dégâts d’une automatisation «non réfléchie» de ce tte activié.
«Les camions autonomes pourraient circuler couramment sur de nombreux axes routiers d’ici une dizaine d’années. Ils sont déjà présents dans des environnements contrôlés comme les ports ou les exploitations minières. Des essais sur routes publiques sont en cours dans de nombreuses régions, notamment aux États-Unis et dans l’Union européenne.

Les constructeurs investissent massivement dans l’automatisation, et beaucoup de gouvernements sont en train de revoir leur réglementation», alerte d’emblée José Viegas, secrétaire général du Forum international des transports, organisation intergouvernementale rattachée à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) qui regroupe 57 pays membres, dont le Maroc. Une mutation qui nécessite de se mobiliser dès aujourd’hui, selon le même responsable, surtout qu’elle ne tardera pas à se transformer en problème mondial, caractéristique de l’automatisation galopante, selon d’autres intervenants lors de la conférence de presse dédiée à cette présentation. «En se préparant aujourd’hui aux conséquences sociales néfastes que pourraient avoir les pertes d’emplois, on pourra atténuer les risques en cas de transition rapide», lance José Viegas.

Les auteurs du rapport sont, en effet, arrivés à la conclusion que l’automatisation du fret routier permettra certes de faire des économies, de réduire les émissions à effet de serre et d’améliorer la sécurité routière, mais la perte d’emplois qu’elle entraînera exige une transition maîtrisée pour éviter des bouleversements sociaux.
L’utilisation de camions autonomes pourrait, en effet, indiquent-ils, faire baisser de 50 à 70% la demande de chauffeurs aux États-Unis et en Europe d’ici à 2030, ce qui se traduirait, selon un scénario, par la suppression de jusqu’à 4,4 millions des 6,4 millions d’emplois de chauffeur professionnel prévus d’ici là. Un phénomène que connaitront aussi les autres régions du monde.

Pour prévenir ce bouleversement et maîtriser la transition vers l’automatisation du fret routier, les auteurs du rapport formulent quatre recommandations. Il s’agit notamment de créer un conseil consultatif de transition, qui aurait vocation à donner des avis sur les questions ayant trait à l’emploi, et d’envisager un système de permis provisoire pour gérer le rythme de l’adoption des camions autonomes. Ils proposent aussi de définir des normes internationales, des règles routières et des réglementations techniques applicables aux camions autonomes et, enfin, de continuer à mener des projets pilotes pour tester les camions autonomes, les technologies réseau et les protocoles de communication.

À noter que le rapport est élaboré par le FIT et trois organisations partenaires. Il s’agit de la European Automobile Manufacturers Association (ACEA), de la Fédération internationale des ouvriers du transport et de l’Union internationale des transports routiers (IRU), l’organisme mondial de l’industrie du transport routier.
Cette large coalition de parties prenantes confère à l’action préconisée un poids particulier, concluent les auteurs du rapport.

Les auteurs du rapport sur l’automatisation du fret routier

* Le FIT est une organisation intergouvernementale qui regroupe 57 pays membres. Seule instance mondiale à couvrir tous les modes de transport, il sert de laboratoire d’idées au service de la politique des transports et organise chaque année un sommet des ministres des Transports. * L’ACEA est l’association qui défend les intérêts de l’industrie automobile en Europe. Elle représente les 15 principaux constructeurs de voitures particulières, de camions, de fourgonnettes et d’autobus qui exploitent des sites de production dans l’Union européenne. * L’IRU est l’organisation mondiale du transport routier. À ce titre, elle représente les opérateurs de transport par camion, autobus, autocar et taxi. Les membres et activités de l’IRU couvrent plus d’une centaine de pays. * La Fédération internationale des ouvriers du transport est une association mondiale qui regroupe près de 700 syndicats représentant plus de 4.5 millions de travailleurs des transports dans quelque 150 pays.

Lahcen Oudoud,

lematin

Aller en haut