Accueil / Portraits / Fred Swaniker : l’homme qui veut former les leaders africains de demain

Fred Swaniker : l’homme qui veut former les leaders africains de demain

Fred Swaniker : l’homme qui veut former les leaders africains de demain

Fondateur et président de l’African Leadership University (ALU), Fred Swaniker souhaite former 3 millions d’entrepreneurs et leaders africains en 50 ans à travers 25 campus disséminés sur tout le continent.

Fred Swaniker, entrepreneur à l’agenda très chargé, est également le co-fondateur de l’African Leadership Academy (ALA) et le fondateur de l’African Leadership Network (ALN). « L’ALA et l’ALU, deux institutions distinctes, sont toutes deux intégrées dans un groupe plus large, l’African Leadership Group (ALG), qui compte près de dix ans d’expérience dans le réseautage et le développement des dirigeants africains à tous les niveaux », explique Fred Swaniker.

A Maurice, où ce dernier vit désormais avec son épouse et leur chien « Iggy », il a ouvert, en septembre 2015, le premier campus de l’ALU, qui vient de recevoir sa deuxième promotion et compte actuellement près de 300 étudiants en provenance de plus de 30 pays. L’inauguration du second site de cette université d’un genre particulier est prévue pour mai 2017, à Kigali au Rwanda. « Notre ambition est de former 3 millions de leaders dans les 5 prochaines décennies, grâce à un réseau de 25 campus à travers l’Afrique, chacun avec au moins 10 000 étudiants inscrits activement » détaille Fred Swaniker. En 2010 et 2013, ce dernier a été choisi parmi les 115 jeunes leaders qui ont rencontré le président américain Barack Obama dans le cadre du programme Young African Leaders Initiative (YALI). Reconnu également comme « Young global leader » au forum économique mondial, Fred Swaniker a également été sacré par l’organisation « Echoing Green » comme l’un des quinze meilleurs entrepreneurs sociaux émergents dans le monde.

Combler l’absence de leadership

Né au Ghana en 1976, Fred Swaniker est détenteur d’un MBA de la Stanford Business School, où il a été un « Arjay Miller Scholar », une distinction attribuée au 10% des meilleurs diplômés d’une promotion. Auparavant, il avait obtenu son baccalauréat en économie au Macalester College aux USA.

L’entrepreneur ghanéen a débuté sa carrière en tant que consultant chez Mckinsey à Johannesburg et a vécu et travaillé dans une dizaine de pays à travers le continent. Convaincu que l’Afrique souffre d’un problème de leadership et issu d’une famille où l’acquisition d’une bonne éducation et son partage ont toujours occupé une place de choix (sa mère, enseignante pendant presque 30 ans, avait créé une école au Botswana), Fred Swaniker suit les traces de cette dernière. C’est ainsi qu’il co-fonde l’African Leadership Academy à Johannesburg, en Afrique du Sud, avec le soutien de ses amis Peter Mombaur, Acha Leke et Chris Bradford.

L’institution a officiellement débuté ses activités en 2008. « Grâce à un programme universitaire unique et novateur, ALA a cherché à encourager ses élèves à devenir plus entreprenants. Grâce à des cours spécialisés en leadership et en études africaines, les étudiants ont compris que les gardiens du destin du continent ne seront pas les anciens leaders, mais eux-mêmes, grâce à une orientation et un soutien calibrés », fait savoir ce passionné du continent africain. L’ALA demeure à ce jour la seule institution panafricaine consacrée à l’éducation à avoir accueilli plus de 700 étudiants en provenance de tous les horizons du continent. Dans le prolongement de l’ALA, Fred Swaniker met en place, en 2010, l’African Leadership Network (ALN), un réseau panafricain de haut niveau, composé de dirigeants d’entreprises, de la société civile et du gouvernement.

A ce jour, le réseau compte plus de 1600 membres de plus de 47 pays qui se retrouvent via des rassemblements annuels et des programmes phares. Le dernier de ce que Fred Swaniker qualifie de « conglomérat pour le changement » est l’ALU, créée en 2013. « Une institution engagée à innover dans l’espace de l’enseignement tertiaire à travers l’Afrique, un défi pertinent au regard du temps et du contexte économique du continent », justifie le fondateur et président de l’ALU.

L’entreprenariat, la réponse au chômage

Pour Fred Swaniker, l’African Leadership Academy et l’African Leadership University sont deux institutions liées par la même vision fondatrice, les mêmes idéaux et les mêmes valeurs. « L’African Leadership Academy (ALA) a été créée pour le bien public avec un recrutement vigoureux de jeunes à fort potentiel à travers toute l’Afrique. En tant qu’institution, sa mission est d’éduquer et de former 6000 leaders africains dans les 5 prochaines décennies.

L’African Leadership University (ALU) est une extension de cette vision, mais aussi une tentative de résoudre un problème plus vaste au sein de l’enseignement supérieur africain, en termes d’’accès et de qualité, explique Fred Swaniker. Ainsi, fait-il savoir, certains étudiants de l’ALU sont des diplômés de l’ALA qui reçoivent une formation supplémentaire sur le leadership et l’esprit d’entreprise dans le cadre de leur diplôme. Pour le fondateur et président de l’ALU, l’entrepreneuriat est la réponse au chômage des jeunes en Afrique.

« En 2015, The Educate!, un projet en Ouganda a révélé que 64% des étudiants qui ont reçu des compétences entrepreneuriales via une formation sont allés fonder leurs propres entreprises après le programme, avec 44% d’entre eux employant au moins une autre personne. L’intensification de cette formation signifierait un élargissement de l’éducation entrepreneuriale à tous les niveaux – permettant aux étudiants de prendre contact avec un environnement qui encourage la pensée novatrice et les aide à réaliser leurs rêves d’entreprise », fait savoir notre interlocuteur qui se dit impatient d’ouvrir les 25 campus de l’ALU à travers tout le continent.

forbesafrique

Aller en haut