Accueil / Auto & Transports / Fusion du ferroviaire avec Siemens: Bombardier nie

Fusion du ferroviaire avec Siemens: Bombardier nie

Fusion du ferroviaire avec Siemens: Bombardier nie

Bombardier (BBD.B: TSX) a nié mercredi la rumeur à l’effet qu’elle a entrepris des pourparlers avec l’allemande Siemens pour fusionner leurs entreprises ferroviaires, tel que le rapporte le Wall Street Journal.

Citant des «personnes familières avec le sujet», le quotidien financier ajoute que Bombardier est aussi en pourparlers avec d’autres partenaires possibles.

«Nous ne sommes pas en discussion avec Siemens pour une fusion des activités ferroviaires, tel que mentionné dans l’article du Wall Street Journal», a affirmé la porte-parole de Bombardier, Isabelle Rondeau, dans un courriel.

Mme Rondeau a rappelé que Bombardier avait mentionné en mai dernier que la société se préparait à un premier appel public à l’épargne d’une participation minoritaire dans Bombardier Transport et qu’en parallèle, des discussions se poursuivaient avec des partenaires potentiels.

Le type de discussions menées et les entreprises qui y sont engagées n’ont pas été précisés par Bombardier.

Cette nouvelle surgit quelques mois après que Siemens ait minimisé la perspective de combiner ses actifs ferroviaires, qui incluent les trains, les tramways et de la technologie de signalisation, avec ceux de la Française Alstom.

L’annonce du 17 mai dernier a été faite dans un contexte de consolidation du secteur et de concurrence accrue pour les grands projets d’infrastructures ferroviaires à travers le monde. Une fusion avec Siemens ou Alstom pourrait être envisagée, affirmaient en mai des sources proches du dossier.

Agence QMI/journaldemontreal.com

Aller en haut