Accueil / Finances / GABON: L’Etat paiera sa dette à hauteur de 20 milliards Fcfa par an aux entreprises

GABON: L’Etat paiera sa dette à hauteur de 20 milliards Fcfa par an aux entreprises

GABON: L’Etat paiera sa dette à hauteur de 20 milliards Fcfa par an aux entreprises

Un chronogramme d’apurement de la dette a été fixé lundi entre le gouvernement et le regroupement patronal qui prévoit le paiement entier de la dette d’ici 2022.

Le ministre de l’Economie, Régis Immongault et le ministre délégué au Budget Guy-Maixent Mamiaka, ont concomitamment signé avec le président de la Confédération patronale gabonaise (Cpg), Jean-Bernard Boumah, un protocole d’accord qui fixe le chronogramme d’apurement de la dette intérieure du pays. A travers cet accord signé lundi 24 octobre 2016 au ministère de l’Economie à Libreville, l’Etat gabonais s’engage à rembourser ses créances dues aux entreprises membres de la Cpg.
La dette, après audit, a été arrêtée à 100 milliards Fcfa au 31 décembre 2014. Chaque année, à partir de 2017, le gouvernement compte verser 20 milliards Fcfa comme acomptes pour progressivement rembourser les sommes dues aux sociétés concernées. Ce chronogramme arrêté de commun accord prévoit donc un apurement de ladite créance au bout de 5 ans, soit en 2022.

Les 100 milliards Fcfa concernés ici ne constituent pas l’ensemble de la dette intérieure de l’Etat gabonais. Le protocole qui vient d’être signé ne prend pas en compte les dettes arrêtées au 31 décembre 2015 relatives aux conventions signées avec la direction générale de la Dette et non encore réglées. Tout comme les dettes courantes arrêtées au 31 décembre 2014 enregistrées au Trésor et non encore réglées. Sont également concernées celles relatives aux remboursements des crédits Tva arrêtées au 31 décembre 2015 et non encore réglées. Elles doivent encore être déterminées et auditées pour tracer un échéancier, indique le gouvernement

Pour revenir à la convention du lundi 24 octobre 2016, le président de la Confédération patronale gabonaise a salué cette convention qui vient à point nommé dans un contexte qui s’annonce difficile pour les trésoreries des entreprises. Il souligne cependant que les discussions vont se poursuivre sur d’autres volets comme la taxe sur la valeur ajoutée. Le ministre de l’Economie a pour sa part rappelé que ce protocole d’accord est l’une des actions prioritaires assignées par le Premier ministre pour les 100 premiers jours du gouvernement formé le 2 octobre dernier. Il demande cependant aux entreprises d’utiliser les sommes qui leur seront remboursées pour respecter leurs obligations (notamment fiscales) mais surtout d’investir afin de créer un effet de levier au niveau de l’économie gabonaise.

A.N.A
gaboneconomie.net

Aller en haut