Accueil / Mines & Energies / General Electric cèderait pour 74 milliards de dollars d’actifs à Wells Fargo

General Electric cèderait pour 74 milliards de dollars d’actifs à Wells Fargo

General Electric cèderait pour 74 milliards de dollars d’actifs à Wells Fargo

Le conglomérat industriel américain envisagerait de poursuivre son programme de cession d’actifs par la vente de la totalité de son portefeuille de prêts et de crédit-bail au groupe financier Wells Fargo.

General Electric (GE), en plein recentrage sur l’industrie, est en discussion avec la banque Wells Fargo pour lui céder ses activités de prêts et de baux commerciaux, évaluées à 74 milliards de dollars, soit 68,9 milliards d’euros, a indiqué à l’AFP lundi 20 avril une source proche du dossier. Un peu plus tôt, le Wall Street Journal avait fait part du début de négociations entre le conglomérat américain et d’éventuels acquéreurs.

La vente, qui inclut aussi les plateformes de prêts destinées aux particuliers, pourrait se faire par lots, d’autres entreprises étant intéressées, a ajouté cette source sous couvert d’anonymat. Selon elle, les négociations sont encore au stade préliminaire et aucun accord n’est attendu avant plusieurs jours.

Contacté par l’AFP, GE n’a pas souhaité faire de commentaire.

Cession des activités financières

Ces négociations interviennent au moment où GE a décidé de céder pour 200 milliards de dollars d’actifs (186 milliards d’euros) au cours des deux prochaines années.

L’essentiel de ces cessions porte sur les activités financières regroupées au sein de GE Capital, qui fut considérée comme la cinquième banque américaine jusqu’à la crise financière. De la finance le groupe dirigé par Jeffrey Immelt ne veut conserver que son activité de financement d’achats de ses produits pour les entreprises ayant de lourds projets d’infrastructures.

Le 10 avril,Wells Fargo et le fonds d’investissements Blackstone avaient déjà décidé d’acquérir pour quelque 26,5 milliards de dollars d’actifs immobiliers (24,7 milliards d’euros). Cette réorganisation de GE s’est traduite par une charge de cessions de 16 milliards de dollars dans les comptes, ayant causé une lourde perte nette de plus de 13 milliards de dollars au premier trimestre.

General Electric, qui fabrique notamment le moteur d’avions de nouvelle génération Leap en partenariat avec la société française Safran, veut redevenir un groupe purement industriel, reposant sur l’aéronautique, la production d’électricité, les équipements pour le bâtiment, le transport et santé. Il est ainsi en train de finaliser le rachat des activités énergétiques du groupe français Alstom. Après 2017, le pôle industrie devrait représenter plus de 90% des bénéfices de l’entreprise, contre 58% l’an dernier, espère GE.

AFP/latribune.fr

Aller en haut