Accueil / International / GENERAL ELECTRIC ENVISAGE LE DÉPÔT DE BILAN DE SA FILIALE DE PRÊTS “SUBPRIME”

GENERAL ELECTRIC ENVISAGE LE DÉPÔT DE BILAN DE SA FILIALE DE PRÊTS “SUBPRIME”

GENERAL ELECTRIC ENVISAGE LE DÉPÔT DE BILAN DE SA FILIALE DE PRÊTS “SUBPRIME”

Le conglomérat industriel General Electric (GE) envisage de déclarer en faillite sa filiale de prêts immobiliers “subprime”, engluée dans des enquêtes et en proie à de nombreuses plaintes judiciaires.

Dans un document adressé récemment au gendarme de la Bourse américain, la SEC, GE indique qu’il y a une “possibilité que WMC dépose le bilan”, ce qui serait une option pour faire face aux responsabilités et pertes susceptibles de découler des multiples enquêtes en cours contre cette société.

WMC est une entreprise rachetée en 2004 par GE Capital Corp, le bras financier de General Electric, et revendue trois ans plus tard après de premiers signaux de la crise des “subprime”.

Elle offrait des crédits immobiliers à taux variables à des ménages très peu solvables. Lors de sa vente en 2007, elle accusait plus d’un milliard de dollars de pertes rien que pour cet exercice fiscal.

Le département de la Justice (DoJ) a ouvert récemment des enquêtes sur des prêts subprime accordés par WMC, qui fait également face à de nombreux autres recours judiciaires de particuliers lésés réclamant des dédommagements d’un montant total de 3,4 milliards de dollars.

Au premier trimestre, GE a dû inscrire dans ses comptes une charge de 1,5 milliard de dollars liée à cinq contentieux impliquant WMC.

Des négociations sont actuellement en cours avec le DoJ, qui accuse WMC d’avoir violé des lois fédérales sur les prêts en 2006 et 2007, pour éventuellement trouver un accord à l’amiable.

Dans le document transmis à la SEC, GE indique qu’il est difficile d’estimer pour l’instant le montant de l’amende qui pourrait être infligée à sa filiale.

Fin mars, GE avait en réserve 342 millions de dollars pour couvrir des pertes liées aux actions engagées par les particuliers mais a indiqué à la SEC que les pertes devraient être probablement de l’ordre de 500 millions de dollars.

capital.fr

Aller en haut