Accueil / International / General Electric repasse dans le vert en 2016, mais le chiffre d’affaires déçoit

General Electric repasse dans le vert en 2016, mais le chiffre d’affaires déçoit

General Electric repasse dans le vert en 2016, mais le chiffre d’affaires déçoit

New York – Le conglomérat industriel General Electric (GE) a annoncé vendredi des résultats conformes contrastés en 2016, marqués par un retour aux bénéfices mais un chiffre d’affaires décevant.

Le bénéfice net annuel s’élève à 8,2 milliards de dollars, dont 3,5 milliards au quatrième trimestre (-44,5% sur un an), contre une perte nette de 6,14 milliards de dollars pour l’exercice 2015.

Ces résultats se traduisent par un bénéfice par action ajusté, référence en Amérique du nord, de 1,49 dollar pour l’année et de 46 cents pour les trois derniers mois, soit exactement conforme aux attentes moyennes des analystes financiers.

A l’inverse, l’activité est restée plombée par ses opérations dans les ressources naturelles, notamment la division pétrole et gaz, qui développe des équipements destinés au forage de puits pétroliers, à la prospection et la production d’hydrocarbures et à la construction de plateformes.

Le chiffres d’affaires est ainsi inférieur aux attentes aussi bien sur l’ensemble de l’exercice 2016 (123,7 milliards de dollars, en hausse de 5,4% sur un an) que lors des trois derniers mois (33,1 milliards, en baisse de 2,37%). Les investisseurs anticipaient respectivement 124,33 milliards et 33,63 milliards.

La division pétrole et gaz, qui représentait encore un peu plus de 14% du chiffre d’affaires en 2015, a vu ses revenus chuter de 21,6% en un an et ne constitue plus que 10,4% des recettes. Elle pâtit du décrochage des prix du baril de brut.

Pour arrêter l’hémorragie, GE a annoncé fin octobre fusionner cette activité avec celle de son compatriote Baker Hughes afin de créer un géant mondial du secteur pesant 32 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

La nouvelle entité sera en meilleure position dans ses négociations commerciales avec les groupes pétroliers, qui font pression sur leurs sous-traitants afin d’obtenir de forts rabais.

GE, qui cofabrique le moteur d’avion de nouvelle génération Leap, a terminé l’année avec un carnet de commandes à 321 milliards de dollars (+1,9%), tandis que les ordres de commandes ont progressé de 4%.

A Wall Street, le titre GE reculait de 0,61% à 31,02 dollars vers 12H05 GMT dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de la séance.

lo/tes

GENERAL ELECTRIC

LEAP WIRELESS INTERNATIONAL

BAKER HUGHES

romandie

Aller en haut