Accueil / Développement / Ghana-Côte d’Ivoire: Litige maritime, Accra rappelle à Abidjan la parole d’Houphouët Boigny

Ghana-Côte d’Ivoire: Litige maritime, Accra rappelle à Abidjan la parole d’Houphouët Boigny

Ghana-Côte d’Ivoire: Litige maritime, Accra rappelle à Abidjan la parole d’Houphouët Boigny

Le greffier du Tribunal International du Droit de la Mer (TIDM) en Allemagne, a demandé au Ghana et à la Côte d’Ivoire de soumette au tribunal au ce jeudi 02 avril 2015 les rectificatifs sur leurs plaidoiries.

Le Ghana et la Côte d’Ivoire se sont retrouvés en séance orale devant le TIDM depuis le 29 mars dernier. Avant cette rencontre, Abidjan a formulé une requête qu’en attendant le verdict, qu’Accra suspende ses activités d’exploration et d’exploitation pétrolières en cours dans la zone contestée et a demandé que le Ghana ne puisse plus attribuer de licence d’exploitation.

Après la déposition des plaidoiries, le TIDM devra contrebalancer les arguments de l’un et l’autre des deux pays et tranchera dans le courant de ce mois d’avril.

Selon des informations en provenances d’Accra, l’équipe juridique du Ghana est conduite par Madame Marietta Brew Appiah-Opong, le Procureur Général par ailleurs le ministre ghanéen de la Justice. Du coté ivoirien, il est révélé que l’équipe juridique est dirigée par le ministre ivoirien du Pétrole et de l’Energie, M. Adama Toungara.

Déjà le lundi dernier, les deux pays avaient fait valoir par le biais de leurs avocats les arguments pour et contre la requête de suspension des activités dans la zone litigieuse. De l’issue de cette confrontation juridique, il ressort que le Ghana a trouvé que la Côte d’Ivoire se serait écartée de la loi et qu’elle n’aurait pas fourni de preuves crédibles. Au fond de cette affaire, la délimitation la frontière maritime divise toujours les deux pays.

Pour étayer sa thèse, le Ghana est allé plus loin et a révélé que le premier Président ivoirien avait reconnu la frontière entre les deux pays il y a des décennies. Toujours coté ghanéen, il est fait état de ce que la Cote d’Ivoire est venue au TIDM avec trois cartographies différentes et incompatibles d’avec la zone en litige.

En ce qui concerne la demande d’Abidjan pour l’arrêt des activités d’exploration et d’exploitation pétrolières dans la zone, le Ghana a fait valoir qu’il a assez investi dans les structures mises en place et qu’il perdrait beaucoup si le Tribunal donne un avis favorable à son voisin.

En attendant les plaidoiries Rechercher plaidoiries et la décision du TIDM sur la suspension ou non des activités d’exploration et d’exploitation pétrolières dans la zone disputée, la Côte d’Ivoire présage que le Ghana risque de perdre ses champs pétroliers s’il continue ses activités. Du coté ghanéen, le Procureur Général a fait savoir que la tentative ivoirienne d’arrêter les activités dans la zone est susceptible d’aggraver sérieusement ce différend et pourra compliquer sa résolution.

A suivre…

Mensah, Lomé
koaci.com

Aller en haut