Accueil / Développement / Glaxosmithkline envoie ses premières doses de candidats-vaccins contre le virus de l’Ebola

Glaxosmithkline envoie ses premières doses de candidats-vaccins contre le virus de l’Ebola

Glaxosmithkline envoie ses premières doses de candidats-vaccins contre le virus de l’Ebola

300 premières doses du candidat-vaccin produits par les laboratoires Glaxosmithkline contre le virus Ebola, ont été envoyées à destination du Liberia vendredi 23 janvier 2015, a-t-on appris d’une communiqué de la firme pharmaceutique. Elles seront utilisées dans les prochaines semaines dans ce pays d’Afrique de l’Ouest touché par le virus, a précisé GSK

« L’expédition du vaccin aujourd’hui est une réalisation majeure et montre que nous restons sur la bonne voie avec le développement accéléré de notre candidat-vaccin contre l’Ebola. Les données de la phase I que nous avons constatées sont encourageantes. Si le candidat vaccin est capable de protéger ces personnes, comme nous l’espérons, il pourrait contribuer de manière significative aux efforts visant à mettre cette épidémie sous contrôle et prévenir les prochaines épidémies » a fait savoir le docteur Moncef Slaoui, responsable des vaccins chez GSK

Rappelons que ces vaccins ont été développés par le National Institute of Allergy & Infectious Diseases (NIAID), des National Institutes of Health (NIH) américains et par Okairos, une société de biotechnologie acquise par GlaxosmithKline en 2013. Les essais cliniques se sont effectués en trois étapes et cette dernière phase permet de mesurer l’efficacité à plus grande échelle du vaccin. Les résultats de la première étape (réalisée en novembre auprès de 200 volontaires aux Etats-Unis, en Suisse, en Grande-Bretagne et au Mali, avaient indiqué que le candidat-vaccin de GSK présentait « un profil d’innocuité acceptable ».

Ce vaccin « a recours à un type de virus du rhume des chimpanzés, l’adénovirus de type 3 (ChAd3), comme vecteur de matériel génétique bénin provenant de la souche Zaïre, responsable de l’actuelle épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest », détaille GSK. « Jusqu’à 24 000 doses pourraient être produites dans les prochains mois », explique le communiqué de GSK

Toutefois, les vaccins définitifs ne seront véritablement disponibles que si les essaies en cours sont concluants et obtiennent les autorisations requises de la part des instances compétentes de l’Organisation mondiale de la santé. Une étape finale qui devrait renforcer les revenus du groupe pharmaceutique, qui a une forte présence en Afrique notamment au Nigéria où sa filiale est cotée sur le Nigeria Stock Exchange

L’Ebola dont l’épidémie a été prononcée par l’OMS en août 2014, a fait plus de 8600 morts sur près de 22 000 cas recensés, surtout au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, selon le dernier bilan de l’OMS.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut