vendredi 25 septembre 2020
Accueil / La une / Glencore rachète ses actions pour 988,78 millions $ en réponse à ses défis notamment en Afrique

Glencore rachète ses actions pour 988,78 millions $ en réponse à ses défis notamment en Afrique

Glencore rachète ses actions pour 988,78 millions $ en réponse à ses défis notamment en Afrique

Glencore, le groupe spécialisé dans le trading des matières premières et présent dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, a annoncé avoir racheté environ 3,15 millions de ses actions sur la Bourse de Londres, à des valeurs situées entre 239,8 livres sterling et 240 livres sterling. Des calculs faits par l’Agence Ecofin révèlent que l’entreprise qui a son siège en Suisse, a déboursé 765,13 millions de livres sterling, soit environ 988,7 millions $ dans cette opération.

Ces achats d’actions font partie du programme de rachat de 2 milliards $ initié par Glencore, le 22 février 2019 et se poursuivra jusqu’à la fin de l’année. Ivan Glasenberg, le directeur général de l’entreprise qui est aussi son deuxième plus important actionnaire avec une participation de 8,6%, avait fait savoir, commentant cette initiative, qu’il n’y avait pas meilleur investissement pour les actionnaires.

Après avoir atteint le 29 janvier 2018, son niveau le plus élevé depuis 2014 (416,9 livres sterling), la valeur de l’action Glencore a baissé de près de 40% en raison de ventes massives d’actions par les investisseurs boursiers. Le groupe a en effet connu cette année-là, plusieurs situations complexes, dont une investigation du département américain de la justice, en rapport avec ses activités dans plusieurs pays, dont la République démocratique du Congo et le Nigeria, deux importants pays miniers d’Afrique.

Toujours en ce qui concerne ses activités africaines, Glencore a indiqué dans ses résultats financiers pour l’exercice 2018, qu’il a dû revoir à la baisse, soit à 1,4 milliard $, la valeur de ses actifs en RDC et en Zambie, après que les deux pays ont introduit une nouvelle fiscalité minière pour les multinationales. Dans ce contexte, les revenus de son segment Trading, qui constitue le cœur de ses activités, ont chuté. Son bénéfice net de la période est ressorti à 3,4 milliards $, en baisse de 41,3%, comparé à celui de l’exercice précédent et en dessous des prévisions des analystes.

Idriss Linge
agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut