Accueil / Tic & Telecoms / GM enchaîne les rachats high-tech pour rattraper Google

GM enchaîne les rachats high-tech pour rattraper Google

GM enchaîne les rachats high-tech pour rattraper Google

Si Ford affiche ses ambitions dans la voiture autonome et les services de mobilité, General Motors, lui, agit. Le constructeur américain vient de mettre la main sur Cruise Automation, une start-up californienne d’une quarantaine de salariés, fondée en 2013 et basée à San Francisco.

Une transaction de l’ordre de 1 milliard de dollars

Selon GM, Cruise Automation a mis en place des logiciels qui permettront au géant de Detroit de rattraper son retard sur Google et de fabriquer des voitures pouvant se conduire toutes seules. « Les véhicules complètement autonomes vont apporter à nos clients beaucoup d’avantages, [notamment] en termes de coût et d’amélioration de la sécurité dans la mobilité au quotidien », a expliqué le président de GM, Dan Ammann, dans le communiqué. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé par GM et Cruise mais, selon le site américain high-tech Re/code, la transaction pourrait être de l’ordre de 1 milliard de dollars (895 millions d’euros).

Une alliance stratégique avec Lyft

Cette acquisition intervient après le rachat en janvier de 9 % de Lyft , un rival d’Uber dans les véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), pour 500 millions de dollars. Dans le même temps, GM a conclu une alliance stratégique avec Lyft visant notamment à développer une flotte de voitures autonomes qui puisse concurrencer celles de Google et Tesla. GM a multiplié les initiatives en la matière. Le groupe a créé une filiale d’auto-partage dénommée Maven et une division dédiée au développement de véhicules autonomes. Il a aussi mis la main sur les actifs de Sidecar, un service de réservation par smartphone de voitures avec chauffeur, concurrent d’Uber.

De fait, la patronne de GM, Mary Barra, a fait de la voiture autonome et de l’auto-partage une des priorités du groupe. Dans cette optique, elle a visiblement décidé de laisser un vaste champ d’action à Dan Ammann, un ancien banquier de Morgan Stanley, pour acquérir des actifs stratégiques en la matière.

« Des voitures commercialisées dans les quatre ans qui viennent ».

Comme d’autres constructeurs, ces efforts du troisième groupe automobile mondial visent à anticiper le changement de la relation des consommateurs à la voiture dans un avenir plus ou moins proche. Ford assure lui aussi vouloir mettre l’accent sur les services liés à la mobilité, en plus de son activité de construction de voitures. Dans un récent entretien (« Les Echos » du 13 janvier 2016) , son patron Mark Fields assurait que les premières voitures 100 % autonomes – c’est-à-dire fonctionnant sans aucune intervention humaine – « seront commercialisées dans les quatre ans qui viennent ».

Emmanuel Grasland
lesechos.fr

Aller en haut