Accueil / Tic & Telecoms / Google « OnHub » s’invite dans votre salon

Google « OnHub » s’invite dans votre salon

Google « OnHub » s’invite dans votre salon

La société accélère dans l’Internet 100 % Google.

Souvent rectangulaire, l’objet livré après souscription à un abonnement Internet permet de connecter votre domicile à un réseau : il s’agit du routeur . Des appareils dont Google veut prendre le contrôle, comme le montre sa dernière trouvaille : l’OnHub. Un objet cylindrique, au design assez épuré pour se fondre dans le mobilier, destiné à gérer votre réseau Internet sans l’amas de câbles et les difficultés de configuration d’un routeur traditionnel. Voilà pour les présentations.

En réalité, Google OnHub est surtout un pas de plus du géant de Mountain View dans l’Internet 100 % Google. Les premiers signes ne datent pas d’hier. Déjà en 2010, l’entreprise inaugurait la Google Fiber , un projet de développement de la fibre optique supposé concurrencer les fournisseurs d’accès à Internet américains. Dans le même temps, elle proposait ses premiers services d’hébergement dans le cloud. Aujourd’hui, elle veut simplifier la façon dans les utilisateurs se connectent à Internet à l’intérieur de leur domicile et préparer l’avenir des objets connectés.

Un routeur pour la domotique

Développé en partenariat avec le constructeur chinois TP-link, le Google OnHub n’est pas sans rappeler l’Apple Airport extreme visant à simplifier un réseau Internet. En plus d’être compatible avec les dernières technologies Bluetooth et Wifi, le routeur OnHub gère le langage Google Weave présenté lors de la dernière grande conférence Google en mai 2015. Son but : faire communiquer les objets connectés entre eux.

Grâce à une application smartphone, l’utilisateur pourra donc utiliser OnHub pour contrôler les périphériques détectés sur le réseau, comme les mobiles ou tablettes fonctionnant sous Android. Mais aussi tous les objets connectés en préparation chez Nest, la branche domotique d’Alphabet (le nouveau holding du groupe), qui a déjà sorti des caméras et des thermostats intelligents. L’idée, en résumé : être présent sur tous les fronts de l’Internet connecté et faire utiliser toujours plus de services Google aux utilisateurs. Au risque d’en devenir un brin envahissant.

Romain Duriez
lesechos.fr

Aller en haut