Accueil / International / Grèce. Le nouveau ministre de l’Economie peut-il sauver son pays ?

Grèce. Le nouveau ministre de l’Economie peut-il sauver son pays ?

Grèce. Le nouveau ministre de l’Economie peut-il sauver son pays ?

Economiste de 55 ans, Euclide Tsakalotos a été désigné ministre des Finances pour remplacer Yanis Varoufakis. Décrit comme plus lisse que son prédecesseur, il se présente à la table des négociations fort du soutien du peuple grec.

Les créanciers de la Grèce auront donc eu la tête de Yanis Varoufakis. L’homme était peu apprécié d’Angela Merkel et jugé excessif par ses détracteurs. Il a démissionné du ministère des Finances au lendemain de la victoire du non des Grecs au plan proposé par la Banque centrale européenne, l’Union européenne et le Fonds monétaire international.

C’est un économiste de 55 ans, Euclide Tsakalotos qui a été désigné pour le remplacer à la tête du ministère. Bien connu des créanciers puisqu’il était jusqu’à présent le coordinateur de l’équipe de négociation grecque, il a la réputation d’être plus lisse que son prédécesseur. Saura-t-il convaincre ses interlocuteurs à la table des négociations ?

Formé en Angleterre

Né à Rotterdam aux Pays-Bas en 1960, il a étudié l’économie, la politique et la philosophie à Oxford, ce qui, selon The Daily Telegraph, lui donne “plus de points communs avec l’élite politique de Westminster” qu’avec le sérail grec. Enseignant à l’université d’Athènes, il est membre de Syriza depuis plus de dix ans, représente le parti au Parlement grec depuis 2012 et appartient au comité central du parti d’extrême gauche.

Décrit comme un marxiste convaincu, il estime que les difficultés de la Grèce ne sont pas uniquement dûes à la crise économique mais sont aussi les conséquences d’une crise de la démocratie. “Loin de défendre un Grexit, comme certains des éléments les plus radicaux de Syriza, Euclide Tsakalotos pense que la Grèce devrait rester membre dans l’eurozone”, écrit encore The Daily Telegraph.

Dans son discours d’investiture, lundi 6 juillet, Tsakalotos a expliqué qu’il n’accepterait aucune solution qui ne serait pas envisageable pour la Grèce. “Nous tenterons de poursuivre la discussion” avec les créanciers, a-t-il indiqué, “je crois que quelque chose peut changer en Europe”. Bien que député depuis trois ans, “il est davantage considéré comme un professeur prêté à la politique que comme un politique spécialiste de l’économie”, estime Il Sole 24 ore. Auteur et co-auteur d’une demi-douzaine de livres, publié en 2012 l’un de ses ouvrages s’intitule : Le creuset de la résistance : Grèce, Eurozone et la crise économique mondiale. Aujourd’hui, il est en plein dedans.

courrierinternational.com

Aller en haut