Accueil / International / Grèce : le plan d’aide “ne marchera pas”, affirme Yanis Varoufakis

Grèce : le plan d’aide “ne marchera pas”, affirme Yanis Varoufakis

Grèce : le plan d’aide “ne marchera pas”, affirme Yanis Varoufakis

“Ceux qui connaissent l’état des finances grecques vous diront que cet accord ne marchera pas”, a déclaré l’ex-ministre. Un Eurogroupe se tient vendredi.

L’ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a déclaré à la télévision britannique BBC World mercredi que le plan d’aide « ne marchera pas », contredisant le Premier ministre et son ancien partenaire Alexis Tsipras, qui s’est dit « confiant ». « Demandez à tous ceux qui connaissent l’état des finances grecques et ils vous diront que cet accord ne marchera pas », a-t-il dit sur la chaîne publique britannique. Même le ministre des Finances allemand « est allé au Bundestag pour dire que ce plan ne fonctionnera pas ».

Les autres négociateurs seraient d’accord avec lui et « le ministre des Finances grec dit à peu près la même chose », a-t-il soutenu, ajoutant : « Le Fonds monétaire international s’en lave les mains, désespérant d’un programme basé sur une dette ingérable, et pourtant c’est le programme que tout le monde travaille à mettre en place. » Ces critiques interviennent alors même que le Premier ministre Tsipras s’est déclaré mercredi « confiant dans la conclusion d’un accord et d’un prêt qui mettra fin à l’incertitude économique » de la Grèce.

Le scénario le plus probable verrait ce texte de 400 pages être débattu en commission parlementaire à partir de jeudi matin, pour un vote en séance plénière dans la nuit de jeudi à vendredi, a indiqué mercredi une source gouvernementale à l’AFP. Le gouvernement grec devrait, en comptant sur les 106 voix des principaux partis d’opposition, obtenir la ratification de cette copieuse feuille de route – mêlant mesures budgétaires et réformes structurelles – et pourrait ainsi se présenter en position de force à la réunion extraordinaire des ministres des Finances de la zone euro. Selon une source gouvernementale grecque, la chancelière Angela Merkel, lors d’un entretien téléphonique mardi avec Alexis Tsipras, le deuxième en deux jours, a de nouveau fait part de sa circonspection à l’égard de cet accord conclu en urgence. La chancelière aurait de nouveau exprimé la préférence allemande pour un prêt-relais permettant au pays de rembourser 3,4 milliards d’euros à la BCE le 20 août.

L’Allemagne a « des questions »

Le ministère allemand des Finances a pour sa part annoncé mercredi avoir « des questions » à soulever, lors de la prochaine réunion de l’Eurogroupe, sur l’accord trouvé entre la Grèce et ses créanciers, mais a démenti des informations de presse selon lesquelles il le rejetterait. « Nous avons formulé des questions. Cela fait partie du processus d’examen [de l'accord], qui n’est pas encore terminé. Les questions seront discutées lors de l’Eurogroupe », prévu vendredi après-midi, a indiqué par e-mail un porte-parole du ministère.

Les ministres des Finances de la zone euro se réuniront vendredi à Bruxelles pour se prononcer sur le nouveau plan d’aide de plus de 80 milliards d’euros à la Grèce, a annoncé mercredi le porte-parole du président de l’Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem. « Eurogroupe extraordinaire vendredi 14 août à 15 heures », a annoncé Michel Reijns sur son compte Twitter, précisant que la réunion aurait lieu « à Bruxelles » et non sous forme de conférence téléphonique comme cela avait été envisagé.

Athènes et les institutions créancières du pays (Union européenne, Banque centrale européenne, Mécanisme européen de stabilité et Fonds monétaire international) sont parvenues à un accord au niveau technique mardi sur le troisième programme d’aide à la Grèce, d’un montant de 85 milliards d’euros. Le texte a été transmis mardi soir aux partenaires de la Grèce au sein de la zone euro et doit être adopté jeudi par le Parlement grec avant d’être examiné par l’Eurogroupe. « Ce que nous avons à ce stade, c’est un accord au niveau technique. Nous n’avons pas pour l’instant d’accord au niveau politique », avait expliqué mardi une porte-parole de la Commission européenne, Annika Breidthardt.

Si l’Eurogroupe approuve ce nouveau plan d’aide, il faudra ensuite qu’il soit validé par plusieurs Parlements, notamment le Bundestag allemand. Le calendrier permettrait à la Grèce de bénéficier d’une première tranche d’aide pour rembourser un emprunt de 3,4 milliards d’euros à la BCE qui vient à échéance le 20 août. Mais, selon une source gouvernementale grecque, la chancelière allemande Angela Merkel, lors d’un entretien téléphonique mardi avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras, a fait part de sa circonspection à l’égard de cet accord conclu en urgence et de sa préférence pour un prêt-relais, permettant à Athènes d’honorer l’échéance du 20 août tout en se donnant plus de temps pour discuter du plan.

AFP/Le Point.fr

Aller en haut