Accueil / Mines & Energies / Guinée équatoriale : Ophir Energy conclut avec Kosmos une cession de 40% de ses parts sur EG-24

Guinée équatoriale : Ophir Energy conclut avec Kosmos une cession de 40% de ses parts sur EG-24

Guinée équatoriale : Ophir Energy conclut avec Kosmos une cession de 40% de ses parts sur EG-24

Lundi, l’explorateur britannique Ophir Energy a annoncé avoir conclu avec l’Américain Kosmos Energy un accord d’amodiation relatif à la moitié de ses 80% de participations sur le contrat de partage de production EG-24.

Une fois l’accord approuvé par le gouvernement équato-guinéen, Kosmos détiendra une participation non exploitée de 40% au même titre qu’Ophir qui conserve son statut d’opérateur. Le reste des parts est contrôlé par GEPetrol, la société publique équato-guinéenne du pétrole.

Selon les termes de l’accord, en échange des ces parts, Kosmos assurera entièrement les frais des levés sismiques 3D dans la première période de la licence, ainsi que ceux liés au forage d’un puits dans la deuxième période de la licence si les partenaires choisissent de forer à ce moment.

Pour finir, la société américaine paiera sa quote-part des coûts des opérations menées avant son arrivée sur le périmètre. Ces frais ne devraient pas être très élevés car le bloc a été acquis par Ophir en octobre dernier seulement.

«Kosmos est un partenaire logique pour EG-24 car son équipe possède une expérience considérable du bassin de Rio Muni. Kosmos exploite maintenant les blocs d’exploration adjacents W, S & EG-21 et conserve une participation de 50% dans Kosmos-Trident Equatorial Guinea Inc., qui exploite les champs pétroliers voisins de Ceiba et d’Okume. Si nécessaire, on peut en arriver à une connexion de la production via les infrastructures existantes. Cet accord d’amodiation réduit les engagements d’Ophir en matière de capital-risque et augmente nos options de monétisation conformément à notre stratégie d’exploration rigoureuse. », a exposé Nick Cooper, le patron de la société britannique.

Olivier de Souza
agence ecofin

Aller en haut