Accueil / Développement / Guinéee – Labé : A la rencontre de Aguibou Barry, l’inventeur…

Guinéee – Labé : A la rencontre de Aguibou Barry, l’inventeur…

Guinéee – Labé : A la rencontre de Aguibou Barry, l’inventeur…

Guinéee – Labé : A la rencontre de Aguibou Barry, l’inventeur de la pompe à piston alternatif…

Aguibou Barry est un oiseau rare en Guinée. Ce citoyen de la préfecture de Labé, a libéré son génie créateur et accompli une prouesse que peu de personnes pourraient imaginer en Guinée. En 2000, il a inventé la pompe à piston alternatif.

Aguibou Barry préside aujourd’hui le groupement des Fabricants de pompe à eau à Labé (FAPEL) désormais élargie à la fabrication de meubles de tout genre. Son entreprise a vu le jour en l’an 2000 à Labé. Avec la détermination de son PDG, l’entreprise FAPEL a fait ses preuves en entreprenariat innovant en Guinée et dans la sous-région ouest-africaine. De nos jours, la pompe à piston alternatif à motricité humaine, a obtenu son brevet d’invention N0 12441 de l’Organisation africaine de la propreté intellectuelle. Notre correspondant régional l’a rencontré dans son atelier. Entretien…

AFRICAGUIENE.COM : Monsieur Barry bonjour!

AGUIBOU BARRY : Bonjour monsieur Bah !

Vous êtes l’inventeur de la pompe à piston Alternatif qui est aujourd’hui utilisée dans plusieurs domaines. Expliquez comment vous êtes arrivés à cette prouesse ?

Je voudrais d’abord commencer par la petite histoire. La pompe dont on parle a été inventée en 2000 par moi-même. En 2003 j’ai demandé auprès du service national de propriété industrielle relevant du ministère de l’industrie pour l’obtention du brevet. En 2004 j’ai eu le brevet de fabrication à travers l’OAPI (organisation africaine de propriété intellectuelle).

A travers toujours l’OAPI qui dispose d’une structure pour appuyer les inventeurs, en 2005 j’ai obtenu un financement pour la fabrication de 12 prototypes pour pouvoir développer cette technologie toujours avec les fonds d’appui pour la propriété intellectuelle(FAPI) et au niveau de l’OAPI. Grâce à ça, j’ai créé une association de jeunes pour la fabrication de ces pompes d’où la création de FAPEL-GUINEE.

Quelles sont les variantes que vous fabriquez ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERAAujourd’hui FAPEL GUINEE dispose de plusieurs genres de pompes. Nous fabriquons plusieurs variantes de pompes. Nous fabriquons des pompes manuelles à usage domestique, des pompes d’irrigation, des pompes sur brouettes mobiles dans les jardins, des pompe sur puis maraichers, des pompes à pedales déjà experimentées en haute guinée et à timbi madina. A travers ces innovations nous avons participé à plusieurs rencontres internationales financées par l’OAPI et quelques institutions internationales comme l’AFD (Agence Française de Développement) et l’institut de recherche pour le développement (IRD-France).

J’ai participé à différents salons en 2005. Entre autres nous avons participé au salon de l’innovation à Genève. Au mois de juin de la même année, j’ai pris part au salon de l’invention africaine en Guinée équatoriale, en 2008 au même salon tenu en Guinée Bissau.

A travers ces inventions, cette technologie, j’ai pris part à beaucoup de forums où j’ai représenté la Guinée dans le cadre de l’invention guinéenne. Pour votre information ces pompes ont été un exemple au niveau de l’OAPI. Ce qui a donné lieu à l’invitation adressée à FAPEL GUINEE pour participer à des rencontres importantes.

Aujourd’hui, ces deux pompes à usage domestique et d’irrigation sont très sollicitées sur le plan national et international. Avec les institutions internationales, la FAO, des projets nationaux comme le PACV, PDSD, FIDA qui sont des partenaires avec lesquels nous travaillons, nous avons installé près de 1500 pompes en Guinée, près de 550 dans les pays limitrophes. Et avec le soutien des partenaires camerounais, nos pompes sont introduites au Cameroun.

En 2013, j’ai eu la chance avec l’invitation du chef de l’Etat prof Alpha CONDE, de lui présenter la première pompe d’irrigation. Une pompe qui aspire à 8 mètres et refoule jusqu’à 100 mètres avec un débit de 5000 litres par heure. Ces pompes sont installées sur des puits maraichers et au bord des cours d’eau. J’ai eu l’appréciation du chef de l’Etat qui a voulu vraiment nous accompagner à travers ces ministres. Ils ont organisé une rencontre de travail avec le SNAPE (service national d’adduction des points d’eaux, Ndlr) pour voir dans quel cadre FAPEL pourrait développer cette technologie.

Nous avons également travaillé avec des partenaires chinois autour de la pompe à domestique pour l’industrialiser. Actuellement un échantillon est expédié en chine. Nous allons travailler avec cette société chinoise jusqu’à l’obtention de la première pompe inox africaine. Après ces travaux, on a eu de l’écho à travers le ministère des affaires étrangères françaises qui m’ont invité à participer au salon de solidarité internationale qui s’est tenue le 12 juin 2014 à Paris. A cette occasion, nous avons remporté le trophée de l’innovation. C’était la première fois que ce trophée vient en Afrique. Tout ça c’est grâce à cet appui du chef de l’Etat avec sa volonté de développer l’initiative de l’industrialisation en Guinée.

Le trophée nous a permis d’être parmi les 12 STARS TOP sélectionnées en Afrique le 6 novembre 2014 à participer à l’entreprenariat innovant à Paris. Là aussi l’honneur nous est revenu d’être parmi les 12. Nous venons de signer une convention avec BONDINOV pour l’accompagnement des stars top qui s’étendra sur 2 ans. Pour préciser Bondinov est une association française qui accompagne les entrepreneurs innovants à travers une sélection rigoureuse. D’abord on était près de 105 entrepreneurs. C’est 12 qui ont retenu leur attention pour cette année pour faire la promotion au niveau international.

Bientôt une rencontre sera organisée à Paris le 5 novembre précisément. Il est toujours autour de l’entreprenariat innovant. Mais cette fois le thème sera axé sur l’environnement pour préparer surtout le COPE 21 également à Paris en décembre prochain. Tous les pays sont conviés, chacun viendra avec des propositions. C’est pour vous dire que FAPEL est aujourd’hui dans le cadre de l’environnement, parce que nous luttons contre la déforestation, nous luttons également pour le développement rural.

Aujourd’hui, nous remarquons que vous ne vous limitez pas simplement à la fabrication des pompes. Expliquez comment vous êtes arrivés à diversifier vos activités ?

En 2007, nous avons créé des meubles en fer forgé pour lutter contre la déforestation. De nos jours, beaucoup pensent que c’est le bois seulement qui est utilisable pour la fabrication des meubles alors que avec le fer forgé, ça évite ou diminue considérablement la coupe du bois et vous avez une garantie à vie avec vos meubles.

Labé2Si vous faites le constat nous fabriquons tout genre de meuble qui n’a rien à envier aux meubles importés. Même la sous-région vient acheter ces meubles, le Mali, le Sénégal, la Côte d’ivoire, nous les embarquons avec un bon emballage en direction de ces pays. Nous faisons des meubles de bureau, de lits d’hôpitaux, nous équipons des bâtiments à usage d’habitation.

Tout cela est possible grâce à une équipe de jeunes dynamiques, on a au moins 25 jeunes à Labé. A Conakry c’est une représentation au niveau des pompes. Nous voulons élargir nos représentations sur l’ensemble du pays avec l’appui des partenaires.


 

Quels sont vos objectifs à moyen et long terme ?

Aujourd’hui nous sommes en train de travailler avec le ministère de l’industrie pour la mise en place à Mamou d’une zone industrielle. Avec l’appui de l’Etat je suis persuadé que nous pouvons développer cette technologie non seulement pour la formation des jeunes mais aussi pour la création de l’emploi.

Mon objectif c’est d’avoir un atelier semi-industriel pour récupérer tous ces jeunes talents qui sortent des écoles professionnelles et des Universités, les former, les perfectionner et leur donner de l’emploi direct et c’est possible. La vision c’est d’avoir au moins 100 jeunes par préfecture.

Labé3Nous travaillons sur un projet que la France a lancé qu’on appelle ‘’ La France accompagne des entrepreneurs innovants’’, notre participation au concours est sollicité, c’est un projet pour des équipements, pour moderniser nos activités.

Quels sont les matériels que vous utilisés ?

Le créateur ne cherche pas loin, c’est ça la vraie création. Tout ce que je trouve sur le marché, je travaille, je façonne en sorte qu’il soit apprécié par tout le monde. Prenons l’exemple sur les pompes. La pompe à irrigation c’est à travers des matières récupérées comme les tiges inox des véhicules, les amortisseurs, c’est ce que je prends pour adapter, donc je ne cherche pas loin. Au niveau des meubles, vous avez vu, c’est de la matière première qu’on utilise, tout le monde pense que ces genres de métaux sont seulement destinés à la fabrication des portes et fenêtres alors qu’on peut en faire des jolis meubles garantis et compétitifs sur le marché international. Je ne cherche pas loin c’est une création.

Avez-vous un appel à lancer aux autorités ?

Je voudrais d’abord rappeler qu’on a beaucoup de techniciens dans ce pays qui sont capables de créer. Un exemple j’ai connu un Monsieur à la casse de Madina (Conakry) qui a inventé une bicyclette qui roule sur l’eau. J’ai voyagé avec un autre en Guinée équatoriale qui a créé un ruban médical. Je vous assure que vous pouvez l’utiliser sans passer par l’échographie et déterminer l’évolution de la grossesse, c’est pour vous dire que le guinéen est très intelligent c’est l’appui qui nous manque. Si nous avons un appui et que l’Etat arrive à organiser chaque année un salon de l’invention pour encourager les chercheurs, si on veut que la Guinée soit un pays émergent, croyez-moi, on peut y arriver.

Pourquoi la Chine est développée, c’est parce qu’ils ne dorment pas, vous avez plus de 1000 inventions par an qui sont soutenues et appuyées par l’Etat. C’est la recherche et le développement qui nous manquent en Guinée, si on est appuyé et accompagné et qu’on laisse toute démagogie et politique, je suis sûr que la Guinée pourrait avancer.

Monsieur Barry merci !

Je vous en prie !

Propos recueillis par Alpha Ousmane Bah

Correspondant régional d’Africaguinnee.com à Labé

africaguinee.com

Aller en haut