Accueil / Mines & Energies / Holcim remet en cause les conditions financières et de gouvernance de sa fusion avec Lafarge

Holcim remet en cause les conditions financières et de gouvernance de sa fusion avec Lafarge

Holcim remet en cause les conditions financières et de gouvernance de sa fusion avec Lafarge

Le groupe cimentier français Lafarge a dénoncé dans un communiqué publié le 16 mars 2015, une remise en cause unilatérale par le groupe suisse Holcim, de certains termes de l’accord de projet de fusion qui existe entre les deux partenaires.

« Lafarge annonce avoir reçu le 15 mars 2015 un courrier du Président du conseil d’administration d’Holcim lui faisant part de la décision du conseil d’Holcim de ne pas poursuivre l’exécution du Combination Agreement selon les termes approuvés par les conseils d’administration de Lafarge et Holcim et conclus le 7 juillet 2014, et faisant part de positions remettant en cause les conditions financières et de gouvernance du projet de fusion entre égaux », peut-on lire dans le communiqué du groupe français.

Selon des sources concordantes, une rencontre entre les dirigeants des deux groupes est annoncée dès ce lundi 16 mars 2015, mais le désaccord porte sur des points sensibles et certains observateurs font savoir, qu’un accord ne risque pas d’intervenir sur le court-terme. Selon une information rapportée par Bloomberg qui cite des sources anonymes, Holcim n’est plus partant pour un échange de titre en raison d’une de ses actions contre une de Lafarge.

Le groupe suisse aurait ainsi annoncé son intention de ne céder que 0,8 action contre chaque action de Lafarge, une proposition qui ne trouve pas l’adhésion du groupe français, qui admet tout de même, que son conseil d’administration « reste attaché au projet qu’il entend voir mis en œuvre ». Il a ainsi indiqué qu’il était prêt à « explorer la possibilité d’une révision de la parité en ligne avec les conditions de marché récentes mais qu’il n’accepterait aucune autre modification des accords actuels ».

Ce nouveau développement du projet de fusion Lafarge-Holcim sera très suivi dans certains pays africains comme le Maroc, où les deux groupes qui possèdent des filiales, ont obtenu l’aval des autorités sur le projet de fusion. Le sentiment des investisseurs est à suivre sur la Bourse de Casablanca où sont cotées les entreprises Lafarge Ciments et Holcim Maroc.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut