mardi 27 octobre 2020
Accueil / Mines & Energies / Homme le plus riche d’Afrique, Aliko Dangote fait son plus gros pari

Homme le plus riche d’Afrique, Aliko Dangote fait son plus gros pari

Homme le plus riche d’Afrique, Aliko Dangote fait son plus gros pari

C’est ici qu’Aliko Dangote, l’homme le plus riche d’Afrique, prévoit de dépenser plus que sa valeur nette de 13,5 milliards de dollars pour construire l’une des plus grandes raffineries de pétrole du monde. S’il réussit, il pourrait mettre fin à l’ironie du plus grand producteur de pétrole d’Afrique, qui importe 7 milliards de dollars de carburant par an, et le voir à la place répondre à ses propres besoins et approvisionner les pays voisins.

L’effondrement du prix du pétrole et le triste bilan du Nigeria en matière de projets industriels sont des facteurs de risque importants. Pourtant, le pari d’Aliko Dangote, a le potentiel de révolutionner l’économie nigériane, ses opérations ajoutant 13 milliards de dollars, soit 2,3% au produit intérieur brut, selon une estimation de 2018 de Renaissance Capital. Selon le gouverneur de la Banque centrale, Godwin Emefiele, le projet pourrait employer plus de 70 000 personnes lorsqu’il sera opérationnel. « Oui, les risques sont élevés, les défis sont élevés », a déclaré Devakumar Edwin, directeur général du complexe de raffinerie, qui travaille avec le milliardaire depuis environ trois décennies. « Mais les récompenses sont également élevées », a-t-il indiqué.

Le site regorge de superlatifs. Le plus grand projet industriel jamais réalisé au Nigeria, il dispose d’une colonne de distillation pour séparer le brut en divers combustibles à différentes températures, la plus grande du genre au monde. La raffinerie de 650 000 barils par jour n’est qu’une partie d’un complexe pétrochimique de 15 milliards de dollars qui abritera également un transformateur de gaz et la plus grande usine au monde d’ammoniac et d’urée, utilisée dans la fabrication de plastiques et d’engrais.

Pourtant, les précédentes tentatives d’autosuffisance en carburant du Nigeria sont restées vaines. Ses quatre raffineries d’État, ouvertes dans les années 1970, fonctionnaient à une fraction de leur capacité avant d’être fermées, en janvier, pour une rénovation. Une première tentative d’Aliko Dangote d’entrer dans l’entreprise de raffinage a échoué. En 2007, il a acheté l’une des usines d’État pour constater que la privatisation est rapidement annulée par un nouveau gouvernement.

Les efforts antérieurs pour utiliser le développement industriel comme moyen de réduire la dépendance du pays vis-à-vis du pétrole ont pour la plupart échoué. Le Nigeria a perdu au moins 5 milliards de dollars dans le projet d’acier d’Ajaokuta, sur les rives du fleuve Niger, depuis 1979, et il n’est toujours pas en production. « En tant que symbole du progrès nigérian, il est assez important », a déclaré Charles Robertson, économiste en chef chez Renaissance à Londres, à propos de la raffinerie de Dangote.

Le Nigeria a besoin de toute l’aide dont il peut bénéficier. La nation est sous le choc de l’impact de la pandémie de Covid-19 et de la chute record du pétrole, qui représente plus de 90% de ses recettes en devises. Il a été contraint de dévaluer sa monnaie, le naira, à deux reprises depuis mars, et de contracter son tout premier prêt auprès du Fonds monétaire international, qui prévoit une contraction économique de 5,4% cette année.

afrik

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut