Accueil / Développement / Hôtellerie : Hilton entend doubler sa présence africaine

Hôtellerie : Hilton entend doubler sa présence africaine

Hôtellerie : Hilton entend doubler sa présence africaine

À Kigali lundi, à l’occasion du Forum pour l’investissement hôtelier africain, le groupe hôtelier américain a rendu publique son ambition de faire passer le nombre des hôtels qu’il exploite en Afrique de 39 à l’heure actuelle, à 80 d’ici quatre ans.

 

Le groupe hôtelier américain Hilton a profité hier de la tenue à Kigali (Rwanda) du Forum pour l’investissement hôtelier africain (AHIF), réunissant de nombreuses chaînes et de nombreux investisseurs, pour dévoiler ses ambitions et ses nouveaux concepts. Le groupe qui exploite déjà 39 hôtels dans 17 pays africains a fait part à la même occasion de son objectif de doubler sa présence à plus de 80 établissements d’ici les 4 prochaines années sur le continent.

Le groupe a annoncé des projets d’ouverture et d’extension dans trois pays africains : Ghana, Kenya et Nigeria. À Accra (Ghana) ouvrira ainsi en 2018 le premier hôtel modulaire du continent, le Hilton Garden Inn qui disposera de 280 chambres. Il sera développé par le groupe immobilier Independence Properties, une filiale du groupe ghanéen Trasacco.

Les chambres et les couloirs assemblés en Chine

Les parties de l’hôtel, comme les chambres et les couloirs, seront assemblées en Chine avant d’être transportées et achevées sur le site final. Un concept que le groupe a déjà expérimenté en 2014 en s’associant à l’entreprise australienne spécialisée CIMC Modular Building Systems. “Nous sentons un immense potentiel pour cette solution de construction en Afrique, qui offrira des rendements plus rapides aux investisseurs”, a précisé Patrick Fitzgibbon, vice-président en charge du développement Europe, Moyen-Orient et Afrique de Hilton.

Situé sur un axe stratégique qui mène à l’aéroport et offrant le wifi, l’hôtel comprendra trois restaurants, un centre d’affaires et un centre de remise en forme ainsi que quatre salles de réunions.

 

Lire l’article complet sur jeuneafrique.com

Aller en haut