Accueil / Tic & Telecoms / HTC One M9 : Notre test de l’outsider de 2015

HTC One M9 : Notre test de l’outsider de 2015

HTC One M9 : Notre test de l’outsider de 2015

Sorti il y a quelques semaines, le HTC One M9 a la lourde tâche de s’imposer face à une concurrence toujours plus féroce. meltyStyle a fait le test l’outsider de 2015 et vous dit s’il est à la hauteur.

Sa présentation a eu lieu le même jour que celle de son principal concurrent. Le 1er mars dernier, Samsung Galaxy S6 et HTC One M9 étaient tous deux présentés au MWC de Barcelone. D’un côté, le colosse coréen aux pieds d’argile qui s’est loupé l’an dernier et qui avait le besoin impérieux de remonter la pente. De l’autre, un taïwanais qui avait étonné son monde en offrant un HTC One M8 de très haute volée. Samsung avait faim, il a bossé comme un acharné, mais ça c’est une autre histoire. Du côté de HTC, s’est-on pour autant reposé sur ses lauriers ? Il ne vaut mieux pas. La comparaison entre HTC One M9 et Samsung Galaxy S6 n’allait pas tarder. Après avoir convolé durant une semaine plus que convaincante avec le coréen, nous avons fricoté avec le M9. Voici ce que nous en avons pensé.

On doit l’avouer, nous avons eu une petite montée d’adrénaline au moment d’ouvrir le paquet. On nous parlait d’une version dorée plutôt bling bling. Il n’en est rien. La façade est argentée, tout comme l’arrière de l’appareil. Seul les rebords ont des reflets jaunes lorsqu’ils prennent la lumière. Sobre et superbe. Petit “ouch” au moment de prendre l’appareil en main. Il pèse son pesant de cacahuètes. 157 grammes, contre 129 pour l’iPhone 6 et 138 pour le Galaxy S6. L’aluminium, c’est beau, mais c’est lourd. Passé ce détail, tout est (presque) parfait. Tout est également (presque) comme son prédécesseur, le M8. Mais désirions-nous vraiment quelque chose de différent ? Rien n’est moins sûr. Certes, l’espace n’est pas toujours optimisé et les boutons sont situés un peu bas sur la tranche droite. Mais on ne saurait trouver un argument pour affirmer qu’il est moins beau que l’iPhone ou que le Samsung.

L’écran

Comme son prédécesseur, la dalle affiche une diagonale de 5 pouces. On reste donc dans la fourchette très basse de la catégorie des phablettes. Même taille et mêmes caractéristiques. Une résolution de 1920×1080 pixels (Full-HD) pour 440 points par pouce. Sans surprise, l’oeil apprécie. Les couleurs sont belles, les noirs profonds. Les blancs ont une légère tendance à tirer vers le bleu, ce qui peut être un peu gênant en surfant sur le Web ou les réseaux sociaux. Mis à part ces quelques détails, il est bien difficile de différencier l’écran du HTC One M9 de celui du HTC One M8. On l’a bien compris, ce n’est pas de ce côté que le taïwanais a fait le gros du boulot.

La puissance

L’année 2015 devait-être celle du Snapdragon 810. Les événements ont été bouleversés par des problèmes de surchauffe. Si bien que Samsung s’en est passé. HTC a décidé de jouer les cobayes, à ses risques et périls. En allumant le smartphone, la fluidité parle d’elle-même. Aucun ralentissement à l’horizon, les applications se chargent à toute vitesse. Vine, Facebook, YouTube, Tinder, Barbie Fashionista, toutes les meilleures applis y passent. Alors évidemment, on commence à se dire que cette histoire de surchauffe, c’était beaucoup de bruit pour rien. Et puis arrive cette étrange impression de chaleur au creux de la main. Rien de bien méchant, mais elle sera souvent là. Le One M9 ne nous a jamais paru brûlant. Mais il ne lui en fallait pas beaucoup pour faire monter la température (un petit quart d’heure à faire défiler les dernières photos de Mia Khalifa). Précoce, le petit. Rien de dramatique.

L’appareil photo

Si révolution il y a, elle vient de la prise de vue. Alors que le double capteur s’est exilé en façade, d’un petit 4 mégapixels, on passe désormais à 20,7 mégapixels. Mais à quoi bon acheter une Aston Martin si c’est pour rouler dans son garage ? Le capteur n’exploite pas cette nouvelle densité au mieux et du grain vient rapidement se glisser sur les images, surtout en basse luminosité. L’appareil est loin d’être mauvais, bien au contraire. Mais on attendait simplement un peu mieux. On mentionnera par ailleurs l’excellent logiciel maison du HTC One M9 qui permet de prendre de plus belles photos, notamment pour ce qui est des gros plans. L’appareil avant (4 mégapixels) est quant à lui plutôt convaincant.

La surcouche Android

Une fois de plus, HTC s’appuie sur l’OS de Google pour sa surcouche Sense en y ajoutant ses propres gourmandises. Il conserve Blinkfeed, un écran d’accueil personnalisé qui vous permet de paramétrer votre contenu à l’infini. Selon ce que vous choisissez, les infos viendront des réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés, de vos médias préférés, ou les deux. La grande nouveauté de Sense 7 est la fonction Sense Home qui permet de modifier les applications présentes sur l’écran principal selon votre emplacement (travail, sortie, domicile). Rien de révolutionnaire, mais il fallait y penser. Les autres ne l’ont pas fait. Finalement, HTC réussit à garder le meilleur d’Android tout en y amenant des évolutions réellement utiles. À l’utilisation, c’est franchement un régal.

Conclusion

Si la question est de savoir si le HTC One M9 est un bon smartphone, nous répondons sans hésiter que oui. On se permettra même d’ajouter qu’il est le meilleur de la marque. Bien qu’il ne s’adresse pas prioritairement aux fans de photo, le fabricant nous livre un superbe appareil qu’on a plaisir à sortir de notre poche (pour l’utiliser, pas pour faire le malin). Mais l’objet a un prix. 749 euros. Soit 40 euros de plus que le Samsung Galaxy S6. Et c’est là qu’il faudra faire un choix. Techniquement, les deux rivaux sont très proches l’un de l’autre. Mais le design et la coque en aluminium du HTC offrent un rendu qui se démarque toujours de la concurrence. En 2015, le fabricant a décidé de privilégier l’évolution à la révolution. Effectivement, on ne change pas une équipe qui gagne. Sauf peut-être quand l’adversaire hausse son niveau de jeu.

Raphael-Grably
meltystyle.fr

Aller en haut