Accueil / Mines & Energies / Hydrocarbures : un permis d’exploration de Total prolongé en RDC

Hydrocarbures : un permis d’exploration de Total prolongé en RDC

Hydrocarbures : un permis d’exploration de Total prolongé en RDC
Le géant français Total vient d’obtenir une nouvelle extension de sa licence d’exploration pétrolière sur le bloc onshore III, situé à l’est de la République démocratique du Congo. Cette prorogation permet au groupe de mener ses activités d’exploration jusqu’au 26 janvier 2019, avec la promesse d’établir d’ici là un plan d’exportation de sa production pétrolière.

Le groupe pétrolier français Total vient d’obtenir des autorités congolaises le renouvellement d’un permis d’exploration de pétrole dans le pays. L’information a été apportée par le géant français des hydrocarbures qui a précisé que ce permis concerne le bloc onshore III, situé à l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

«Nous opérons sur le bloc III du Graben Albertine, dans la région du lac Albert à l’est du pays, dans lequel nous détenons 60%. Le programme d’exploration exclut la zone du parc national des Virunga, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979», peut-on lire sur le site web du groupe français. Le bloc III s’étale sur une superficie de 3 177 km2. Il est l’un des grands champs pétroliers partagés par la RDC et l’Ouganda.

D’après Ngoy Mukena, ministre congolais du Pétrole cité par l’agence Ecofin, ce renouvellement permettra à la société d’élaborer un programme de forage à soumettre au gouvernement congolais avant l’arrivée à terme du permis, le 26 janvier 2019, et à établir un plan d’exportation de la production pétrolière via un oléoduc qui reliera la RDC  aux champs pétrolifères de l’ouest de l’Ouganda au port tanzanien de Tangade.

La deuxième prolongation depuis 2011

La décision des autorités congolaises de renouveler la licence d’exploration du groupe Total est motivée par la volonté du gouvernement de Joseph Kabila de diversifier ses sources de revenus qui sont actuellement essentiellement d’origine minière.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la licence d’exploration est renouvelée. Depuis 2011, date de la signature du contrat, celle-ci a été en effet reconduite une première fois en janvier 2016 pour une période de deux ans. Le groupe français gère le bloc III en partenariat avec le chinois Cnooc et le britannique Tullow Oil puisqu’il contrôle aussi la part ougandaise du bloc III, où il a déjà découvert plus de 1,7 milliard de barils exploitables.

Emmanuel Atcha
afrique.latribune

Aller en haut