Accueil / Finances / Ile Maurice : le déficit commercial atteint 1 milliard $ au premier semestre 2016

Ile Maurice : le déficit commercial atteint 1 milliard $ au premier semestre 2016

Ile Maurice : le déficit commercial atteint 1 milliard $ au premier semestre 2016

Le déficit commercial de l’Ile Maurice s’est aggravé de 3% pour atteindre 35,23 milliards de roupies (1,01 milliards $) au premier semestre 2016, nous rapporte Reuters, faisant référence à un communiqué rendu public l’institution gouvernementale Statistics Mauritius.

Cette situation est la conséquence d’une baisse des exportations (-10,8%), bien plus élevée celle des importations (-5%). La Grande Bretagne, principale destination des exportations, en représente 12 %. Quant aux importations, c’est la Chine, avec 17,9%, qui arrive en tête des pays fournisseurs de l’Ile.

Il convient de rappeler que, selon les prévisions de Statistics Mauritius rendues publiques en début d’année, le déficit commercial de l’Ile Maurice devrait dépasser les 2 milliards $ en 2016. En effet, en fonction de diverses sources et des évolutions passées, l’institution prévoit que les exportations de l’Île atteindront 2,8 milliards $ en 2016 et les importations, 4,9 milliards $.

A noter que depuis quelques années, le déficit commercial de l’Ile Maurice reste assez important. En 2015, il se situait à un peu plus de 2 milliards $. Ce qui constituait une légère amélioration par rapport à 2014 où il avait atteint 2,2 milliards $.

Malgré ce déficit, l’Ile Maurice continue d’enregistrer d’assez bonnes performances économiques. Selon la Banque mondiale, la progression de l’économie mauricienne est ressortie à 3,5 % en 2015, dans la lignée des 3,4 % enregistrés en 2014. Et ce, en dépit d’une conjoncture internationale défavorable, marquée notamment par l’atonie de la croissance dans la zone euro, dont Maurice est fortement tributaire en ce qui concerne le tourisme, les échanges et les investissements directs étrangers (IDE).

La croissance continue d’être portée par le tourisme, les technologies de l’information et de la communication (TIC) ainsi que par les secteurs de la finance et de l’assurance, qui ont progressé respectivement de 8,6 %, 6,9 % et 5,2 %.

 

 

 

agence ecofin

Aller en haut