Accueil / Développement / La Banque centrale du Congo et l’Association congolaise des banques réaffirment leur soutien à la croissance économique

La Banque centrale du Congo et l’Association congolaise des banques réaffirment leur soutien à la croissance économique

La Banque centrale du Congo et l’Association congolaise des banques réaffirment leur soutien à la croissance économique

Le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC) Deogratias Mutombo et Michel Losembe, président de l’Association congolaise des banques (ACB), ont respectivement réaffirmé vendredi 6 février au cours du diner d’échange des vœux pour l’année 2015, leur soutien à la croissance économique de la RDC.

M. Losembe a, dans son intervention, salué la présence à Kinshasa des banquiers africains qui ont maintenu l’organisation de leurs journées en dépit des dernières manifestations observées dans la capitale. Cela témoigne, a-t-il indiqué, des garanties sécuritaires qu’offre la RDC aux partenaires et investisseurs extérieurs.

Les banques, a-t-il fait savoir, ont fait beaucoup de progrès et elles doivent bénéficier du soutien du gouvernement et de la BCC de sorte que le partenariat public-privé soit une réalité et que celles-ci soient capables d’augmenter leur investissement, le nombre de leurs agents et améliorer la bancarisation à travers le pays. C’est à ce seul prix que le secteur bancaire sera à mesure de contribuer à la croissance économique de la RDC de manière pérenne.

Le gouverneur de la BCC a, quant à lui, dressé le tableau complet du cadre macroéconomique et financier de la RDC en se réjouissant de la marche vers la croissance économique qui avoisine le taux de 9% par an.

Il a formulé quelques préoccupations de son institution par rapport à la capacité des banques commerciales à respecter les normes de prudence et de gestion des risques capables de permettre à l’épargnant congolais d’effectuer ses dépôts en toute confiance.

Clôture des journées annuelles du Club des dirigeants de banques et établissements de crédit d’Afrique

Par ailleurs, les journées annuelles du Club des dirigeants de banque et établissements de crédit d’Afrique achevés vendredi ont été sanctionnées par l’adoption du rapport synthèse des travaux, la tenue de l’assemblée générale du Club qui a permis à cette occasion le renouvellement du bureau et l’approbation des rapports d’activité et financier pour l’exercice 2014.

Le nouveau président du Club, Idrissa Nassa, a réaffirmé la mission première de son organisation qui vise la formation et l’information de ses membres. Ajoutant que le nouveau bureau mis en place a pour objectif d’assurer la continuité des activités du Club.Il s’agit, a-t-il dit, de voir quelle image donner à la banque africaine de demain, comment travailler pour positionner la banque africaine afin d’assumer le financement de l’économie et de soutenir le développement des pays pour l’avenir.

Quant à M. Jean Claude Masangu, ancien gouverneur de la BCC et membre honoraire du Club qui a planché sur l’émergence d’une classe moyenne, a indiqué qu’il faut au départ définir les critères d’appartenance à cette classe et les banques vont se concentrer sur celle-ci en lui offrant des produits et des services dont elle a réellement besoin.
Cette classe moyenne va en définitive augmenter son pouvoir d’achat et déposer leurs avoirs à la banque et permettre à cette dernière d’avoir plus de ressources. Mme Félicitée Singa Boyenga, administrateur déléguée à la Fi Bank, a été maintenue à la vice-présidence du Club des dirigeants de banque et des établissements de crédit d’Afrique, signale-t-on.

Kinshasa, 9/02/2015 (ACP / MCN, via mediacongo.net)

Aller en haut