lundi 22 juillet 2019
Accueil / Auto & Transports / Industrie automobile : la Turquie convoite les marchés ivoirien et ghanéen

Industrie automobile : la Turquie convoite les marchés ivoirien et ghanéen

Industrie automobile : la Turquie convoite les marchés ivoirien et ghanéen
Pendant une semaine à compter de ce dimanche, une délégation d’industriels turques sera en opération de séduction à Abidjan et Accra. Objectif : décrocher des contrats pour accompagner le développement des industries automobiles locales.

La Turquie veut plus de parts de marché en Afrique, dans un contexte où le Continent attire les investisseurs de tout bord. Cette fois c’est à l’industrie automobile que le pays de Recep Tayyip Erdogan s’attaque. Une délégation de 13 entreprises turques -toutes membres de l’Association des exportateurs de l’industrie automobile Uludağ- conduite par Tamer Taskin, coordinateur du Conseil d’affaires Turquie-Afrique du DEiK se rendra en Côte d’Ivoire et au Ghana voisin du 16 au 22 juin, indique un communiqué.

Au menu de ces visites d’affaires, des rencontres avec les importateurs, grossistes et distributeurs automobiles ivoiriens et ghanéens pour s’enquérir de leurs besoins précis et des conditions favorables à une collaboration gagnant-gagnant. Les entreprises turques emmènent par ailleurs avec elles leurs différents produits. La note de l’association fait notamment mention des batteries, de joints d’étanchéité de moteurs, de garnitures de freins, d’amortisseurs, de compresseurs, de pièces détachées pour camions, ou encore les composants électriques et mécaniques, entre autres.

Renouvellement du parc automobile

La Turquie s’attaque ainsi à deux marchés africains de l’automobile actuellement dominés par la Chine, les Etats-Unis, le Japon, mais aussi Taiwan, l’Inde, l’Indonésie et l’Australie. Toutefois, les entreprises automobiles turques y ont vu leur chiffres grimper ces dernières années, notamment en Côte d’Ivoire où elles ont exporté 10,2 millions de dollars en 2018, contre 4,5 millions de dollars en 2014, soit une hausse de 78% en quatre ans.

Et le timing de son offensive est bien choisi, puisque la Côte d’Ivoire avance sur son projet de renouvellement du parc automobile, suite à l’interdiction légale d’importer des véhicules de plus de cinq ans d’âge.

Au Ghana, la dynamique est similaire. Le gouvernement prépare le renouvellement de son parc cet a même décidé d’appuyer le constructeur local dans ce sens. Par-dessus-tout, ces deux économies restent rapides avec une croissance respective de 7,4% et 8%. Un indicateur précieux pour tout investisseur.

 La Tribune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut