Accueil / Développement / Infrastructures : au Nigeria, Bolloré s’allie à PowerChina dans le projet portuaire d’Akwa Ibom

Infrastructures : au Nigeria, Bolloré s’allie à PowerChina dans le projet portuaire d’Akwa Ibom

Infrastructures : au Nigeria, Bolloré s’allie à PowerChina dans le projet portuaire d’Akwa Ibom
Le consortium composé de Bolloré Ports et PowerChina International Group a remporté l’appel d’offres pour la construction du futur port en eaux profondes d’Akwa Ibom au Nigeria. Avec les autorités portuaires nigérianes, le constructeur chinois va se charger de la réalisation de l’infrastructure, alors que le groupe français en assurera l’exploitation sur une période de 50 ans.

Les autorités portuaires nigérianes ont accordé, à la suite à un appel d’offres international au consortium composé de Bolloré Ports et de PowerChina International Group, la concession du futur port en eaux profondes d’Akwa Ibom. Selon le communiqué publié par l’opérateur français, les deux entreprises ont été chargées de développer et d’exploiter le port sur une période de 50 ans, aux côtés de la Nigeria Ports Authority, du gouvernement fédéral du Nigeria et celui de l’État d’Akwa Ibom. Le port d’Ibom Deep Sea (IDSP) va ainsi développer la capacité portuaire actuelle du pays, la première économie du continent, et permettre un nouvel accès maritime pour les régions de l’est et du nord-est du Nigeria. Selon le communiqué, le financement du projet sera assuré par le gouvernement fédéral du Nigeria et l’État d’Akwa Ibom.

«Nous sommes fiers d’avoir été choisis par les autorités nigérianes et par l’État d’Akwa Ibom pour construire le futur port IDSP. Ce projet de terrain vert va changer la donne pour renforcer le système portuaire du Nigeria, la plus grande économie d’Afrique et le pays le plus peuplé du monde. En outre, il desservira directement les régions de l’Est et du Nord-Est, ainsi que plusieurs pays de l’hinterland», a déclaré Philippe Labonne, PDG de Bolloré Ports.

Alliance franco-chinoise

Les travaux comprennent le dragage d’un canal de plus de 20 km de long et de 18 mètres de profondeur, la construction d’une digue de 1 100 mètres et la construction de plus de 2 500 mètres de quai où sera installé le matériel de manutention nécessaire pour tous les types d’activités notamment les conteneurs, ou les marchandises en vrac. Avec un tirant d’eau de 16 mètres, le nouveau port pourra accueillir des navires de grande capacité, à l’image du Post Panamax et New Panamax, et traiter plus de 2,24 millions d’EVP/an à long terme.

Bien implanté au Nigeria où il développe d’autres projets portuaires, le groupe Bolloré Ports, leader du consortium, exploitera toutes les activités de conteneurs pour le nouveau port. «Fort de son expertise dans les concessions portuaires et de l’expérience du continent africain, Bolloré Ports fournira des solutions compétitives répondant aux normes de qualité les plus élevées», a détaillé l’opérateur français dans son communiqué, ajoutant que PowerChina, une société internationale spécialisée dans l’énergie et les infrastructures, réalisera les travaux nécessaires à l’infrastructure portuaire.

afrique.latribune

Aller en haut