Accueil / Développement / Infrastructures : le gouvernement Buhari revendique le plus gros investissement de l’histoire du Nigéria

Infrastructures : le gouvernement Buhari revendique le plus gros investissement de l’histoire du Nigéria

Infrastructures : le gouvernement Buhari revendique le plus gros investissement de l’histoire du Nigéria

Après le retour au bercail de Muhammadu Buhari, son gouvernement bombe le torse. Sur fonds de difficultés financières dues à la chute des cours mondiaux du pétrole (principal ressource du pays), le gouvernement revendique le plus gros investissement de l’histoire du Nigéria en matière d’infrastructures. Montant de l’enveloppe : 3,6 milliards de dollars !

Yémi Osinbajo, le vice-président nigérian n’a pas fait dans la modestie pour annoncer le chiffre. A Lagos, ce lundi 21 août, lors d’une séance plénière organisée par le Barreau, il a lancé un chiffre qui a réveillé l’audience.

Le gouvernement Buhari mise sur les insfrastructures

« En 2016, le gouvernement fédéral a alloué une enveloppe de près de 1.300 milliards de nairas [3,6 milliards de dollars, ndlr] d’investissements à des projets d’infrastructures, soit les plus élevés jamais investis dans ce pays. La réforme du secteur de l’électricité est également en cours car c’est l’un des secteurs les plus importants du pays », a fait savoir le numéro 2 de la puissance africaine.

Le vice-président a de quoi être fier. En comparaison, le budget 2016 consacré au investissements dans les infrastructures au Nigéria est de loin supérieur à celui de 2015. Le gouvernement de Goodluck Jonathan qui l’avait établi n’avait consacré qu’une enveloppe de 556,9 milliards de nairas [1,54 milliard de dollars] aux projets d’infrastructures. Le président d’alors, issu d’un Etat pétrolier, avait préféré privilégier les dépenses étatiques dans le secteur du pétrole.

PPP, agriculture et climat des affaires pour relancer l’économie

Premier signe de l’inversion de la tendance, le gouvernement de Muhammadu Buhari a consacré plus de 6 millions de dollars du budget 2017 aux dépenses d’investissements dans les infrastructures soit près du double des investissements de 2016.

L’économie nigériane a été durablement impactée par la chute des cours du pétrole, la principale ressource économique du pays mais aussi par une dépréciation du naira, la monnaie nigériane. En plus de la corruption, ces deux facteurs ont sans doute contribué à plonger le premier producteur de pétrole du continent dans sa première récession de ses 25 dernières années.

Pour relancer son économie, le Nigéria avait amorcé une série d’investissements publics mais aussi lancé des réformes dans la coordination des méthodes de gestion.

« Nous avons jeté les bases de la reconstruction de l’économie, par la création d’un compte unique du Trésor, par le suivi des dépenses du gouvernement et la transformation du système fiscal pour plus d’efficacité et de la mise en œuvre des politiques », a souligné le vice-président nigérian au cours de sa conférence de ce lundi.

Pour le numéro 2 de l’Administration Buhari, la relance économique du pays devrait passer par une diversification de l’économie nigériane par le développement de nouveaux secteurs via des partenariats publics-privés. Le pays compte sur le développement du secteur agricole pour aider les populations les plus pauvres mais aussi sur l’amélioration du climat des affaires.

 

Ibrahima Bayo Jr
la tribune afrique

Aller en haut