Accueil / Auto & Transports / Intel investit dans la cartographie et la voiture autonome

Intel investit dans la cartographie et la voiture autonome

Intel investit dans la cartographie et la voiture autonome

Le géant des puces électroniques va acquérir 15% de HERE, un service de cartographie en ligne qui est la propriété d’un consortium de constructeurs automobiles allemands.

Intel met le cap sur la voiture autonome. Le groupe américain, spécialiste des puces électroniques, a annoncé sa prise de participation à hauteur de 15% dans HERE. Cette entreprise développe des services de cartographies en ligne pour les GPS, les voitures connectées ou les smartphones. «Les voitures sont en train de devenir les machines les plus connectées au monde», a commenté Brian Krzanich, PDG d’Intel, dans un communiqué. «Nous avons hâte de travailler avec HERE et ses partenaires pour construire la base du futur des véhicules intelligents.»
Ancienne propriété de Nokia, HERE a été cédé en 2015 à un consortium de constructeurs automobiles allemands. BMW, Audi (groupe Volkswagen) et Daimler (Mercedes) en ont fait l’acquisition pour 2,8 milliards d’euros. En décembre, deux entreprises chinoises et le fonds singapourien GIC ont pris ensemble une participation de 10% dans HERE. Concurrente de Google Maps, elle est spécialisée dans les services pour automobilistes, comme les GPS, mais s’illustre aussi dans d’autres industries comme les télécoms, la publicité ou la santé.

Ruée sur la voiture autonome

L’investissement d’Intel est, lui, centré sur l’automobile, notamment la voiture autonome et les outils de pilotage automatique. Le groupe américain doit s’associer à HERE pour améliorer la détection des routes et des dangers potentiels, grâce à des cartes mises à jour en temps réel. HERE dispose déjà d’un outil, HD Live Map, qui permet à un véhicule de prévoir les obstacles avant même qu’ils n’entrent dans leur champ de vision. Intel doit contribuer à l’amélioration de ce service, ainsi qu’à des tests en partenariat avec Audi, BMW et Daimler.

De nombreuses entreprises s’emparent aujourd’hui de la voiture autonome. D’un côté, des géants des nouvelles technologies, comme Uber et Google, travaillent sur des logiciels permettant à un véhicule de se diriger sans une aide humaine. De l’autre, les constructeurs automobiles ont rattrapé leur retard et testent désormais des prototypes.
Intel avait déjà annoncé l’année dernière vouloir se diversifier dans les objets connectés et la 5G. Grand spécialiste des ordinateurs, dont la popularité décline, il a tardé à s’intéresser au mobile, loupant ce marché aujourd’hui très porteur. En investissant dans la voiture autonome, Intel ne veut pas manquer son avenir.

lefigaro

Aller en haut