Accueil / International / Intelligence artificielle : une task force va évaluer ses effets dans la finance

Intelligence artificielle : une task force va évaluer ses effets dans la finance

Intelligence artificielle : une task force va évaluer ses effets dans la finance

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a annoncé la création d’un groupe de travail avec l’Autorité des marchés financiers (AMF) évaluant les effets “très significatifs” de l’IA sur les métiers de la finance. L’institution va aussi publier une étude sur la transformation digitale dans la banque et l’assurance.

La Banque de France a 217 ans mais elle se sent “responsable du développement d’un écosystème très innovant dans la finance en France” a expliqué le gouverneur, François Villeroy de Galhau, ce mardi, au Paris Fintech Forum. Il a fait valoir que l’institution était “la première banque centrale à avoir nommé un Chief Digital Officer (CDO)”, un responsable de la transformation numérique, et qu’elle travaillait avec l’accélérateur de startups géant Station F ainsi que le nouveau venu à La Défense Swave. L’ancien dirigeant de BNP Paribas a tenu à “ne pas opposer acteurs établis et nouveaux entrants de la Fintech”, défendant la nécessité de trouver “un bon équilibre”, entre la stabilité financière et l’innovation.

Il a annoncé la création d’une “task force sur l’intelligence artificielle dans la finance”, menée par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, adossée à la Banque de France) et l’Autorité des marchés financiers (AMF), avec des banques et des assureurs de la place, qui rendra ses premières analyses prospectives sur les effets de l’IA au quatrième trimestre.

“Nous avons développé une solide expertise dans les modèles internes [d'évaluation des risques dans les bilans des banques, ndlr], nous devons faire de même dans l’intelligence artificielle dont les effets seront de toute évidence très significatifs” a-t-il déclaré.

Les syndicats de la filière se sont à plusieurs reprises inquiétés des conséquences pour l’emploi de l’arrivée de l’IA, aujourd’hui utilisée par exemple au Crédit Mutuel pour le tri d’emails (avec IBM Watson) et chez Orange Bank sous forme de chatbot.

Disruptions dans tous les métiers

François Villeroy de Galhau a également annoncé la publication en mars d’une “étude très complète sur la transformation numérique dans la banque et l’assurance”. Il a souligné que
“Ces transformations touchent toutes les activités, pas seulement la banque de détail, mais aussi la banque de financement et d’investissement, pas seulement le front-office mais aussi la gestion des risques et le back-office. Chaque acteur établi doit faire face à ces ruptures.”

latribune

Aller en haut