Accueil / Mines & Energies / Interconnexion électrique : Le Sénégal et la Mauritanie lancent une ligne de 225 Kv

Interconnexion électrique : Le Sénégal et la Mauritanie lancent une ligne de 225 Kv

Interconnexion électrique : Le Sénégal et la Mauritanie lancent une ligne de 225 Kv

Les projets de construction d’une ligne de 225 Kv d’interconnexion entre le Sénégal et la Mauritanie et celui de sécurisation de l’alimentation électrique de Dakar ont été lancés hier. Ils sont financés par la Banque islamique de développement (Bid) à hauteur de 110,6 milliards de FCfa.

La Société nationale d’électricité (Senelec) s’est engagée à développer et à renforcer son réseau de transport et de distribution à travers plusieurs projets. Le ministre de l’Energie et des Energies renouvelables, Thierno Alassane Sall (Photo), a lancé, hier, le projet de construction d’une ligne de 225 Kv d’interconnexion entre le Sénégal et la Mauritanie et le projet de sécurisation de l’alimentation électrique de la ville de Dakar. Ces deux projets ont été financés par la Banque islamique de développement (Bid) à hauteur de 110,6 milliards de FCfa. L’objectif du premier projet est de renforcer l’intégration économique régionale et d’intensifier les efforts visant la réduction de la pauvreté et le développement socioéconomique par l’extension de l’échange d’énergie transfrontalier entre le Sénégal et la Mauritanie. Il vise à rendre possible l’importation d’une partie de la production excédentaire de la Mauritanie vers le Sénégal qui souhaite importer une énergie électrique compétitive dans un court délai. Son coût est estimé à 111,3 millions d’euros, soit 73 milliards de FCfa. Pour sa réalisation, la Bid a dégagé 103 millions d’euros soit 67,6 milliards de FCfa et le gouvernement du Sénégal a mis 8,3 millions d’euros (environ 5,4 milliards de FCfa).

Le deuxième projet consiste au renforcement de l’alimentation électrique de la région de Dakar de manière durable, fiable. Ce projet augmentera la capacité du réseau haute tension vers la région de Dakar de 370 Mégawatts en 2015 à 690 Mégawatts en 2019. D’un coût de 69 millions d’euros (45 milliards de FCfa), il est financé par la Bid à hauteur de 66 millions d’euros (environ 43 milliards de FCfa) et le gouvernement pour 3 millions d’euros (2 milliards de FCfa).

Le ministre de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables s’est félicité du dynamisme et de la qualité de la coopération entre le Sénégal et la Bid, une institution qui s’illustre dans notre pays à travers le financement de plusieurs projets dans le secteur. La Bid a financé le programme d’électrification rurale de Dagana-Podor-Saint-Louis et la construction de deux centrales diesel de 60 Mw à Bel-Air et à Kahone entre 2006 et 2008. «Ces deux projets constituent un jalon important dans la mise en œuvre de la stratégie du gouvernement pour la diversification des sources d’énergie », a déclaré Hatem El Bakhali de la Bid. Il soutient que ces deux projets cadrent avec la vision de son institution pour la prospérité des populations et la politique énergétique de la Bid sur la période 2012-2016 pour la promotion de l’accès à des sources d’énergies fiables, modernes à coût raisonnable. Rappelant le retard de deux ans enregistré pour le démarrage de la mise en œuvre des projets, il a invité tous les acteurs impliqués à redoubler d’efforts.

Energie : 15 projets financés par la Bid pour 279 milliards de FCfa

Le secteur de l’énergie occupe une place centrale dans la coopération entre le Sénégal et la Bid. En 40 ans de coopération, la Bid a financé 15 projets dans ce secteur pour un montant global d’environ 477 millions de dollars, soit 279 milliards de FCfa. Selon Hatem El Bakhali, ces opérations concernent les segments de la production et du transport (construction des centrales de Bel-Air et Kahone) et les deux projets lancés, hier. Il a rappelé également l’électrification de 177 localités, l’interconnexion des organismes de bassins (projets énergie Omvs et Omvg.

Aliou KANDE / alakhbar.info

Aller en haut