Accueil / Tic & Telecoms / Internet des objets : Huawei lance la première puce au standard cellulaire NarrowBand IoT

Internet des objets : Huawei lance la première puce au standard cellulaire NarrowBand IoT

Internet des objets : Huawei lance la première puce au standard cellulaire NarrowBand IoT

Le géant chinois du numérique Huawei commercialise la première puce de connectivité au nouveau standard cellulaire NB-IoT dédié à l’Internet des objets. La puce est déjà utilisée dans des poubelles connectées en Chine.
Ce n’est ni Qualcomm ni Intel, mais Huawei qui prend les devants de la scène dans l’Internet des objets au standard NarrowBand IoT (NB-IoT). Le géant chinois du numérique, qui revendique le rôle de pionnier dans la définition de ce nouveau standard, lance la première puce dédiée. Développée par HiSilicon Technologies, son bras armé dans les semiconducteurs, elle vise à connecter à longue portée et à basse consommation toutes sortes d’objets via les réseaux mobiles.

Une puce à 1 dollar

Standardisée en juin 2016 par le 3GPP, le consortium de normalisation des technologies de réseaux mobiles, NB-IoT réduit la consommation de courant et les coûts en se contentant d’une bande étroite de 180 KHz, contre 1 à 18 MHz pour les technologies cellulaires disponibles jusqu’ici pour l’Internet des objets. Si le débit de transmission de données se limite à 250 Kbit/s, il est suffisant pour la grande majorité des applications.

La puce de Huawei mesure moins de 5 millimères de côté et coûte 1 dollar la pièce. Elle s’intégre dans un module de connectivité de la taille d’un timbre Poste. Cette intégration est confiée à la société suédoise Ublox. “Le module NB-IoT complet revient à 5 dollars et offre une autonomie de batterie de 7 jours en fonctionnement continu, contre respectivement 7 dollars et 2 heures pour les modules traditionnels GPRS des réseaux mobiles 2G qui équipent aujourd’hui 70% des dispositifs machine-to-machine”, assure Emmanuel Coelho Alves, directeur sénior marketing chez Huawei.

Quelques centaines de poubelles équipées

La technologie de Huawei équipe déjà des poubelles connectées de Qi Yue Technology déployées à quelques centaines d’exemplaires dans la ville de Chengdu. L’équipementier chinois collabore aussi avec le français Veolia pour proposer à l’international des solutions intelligentes de bout en bout de ramassage des ordures.

D’autres fournisseurs de semiconducteurs comme Qualcomm, Intel ou Sequans vont emboiter le pas à Huawei. Mais selon Emmanuel Coelho Alves, ils ne devraient lancer leurs puces NB-IoT qu’en 2017.

 

Ridha Loukil / usine-digitale.fr

Aller en haut