mercredi 20 novembre 2019
Accueil / Portraits / Interview : Cynthia Aïssy, Directrice Générale de KeyOpsTech

Interview : Cynthia Aïssy, Directrice Générale de KeyOpsTech

Interview : Cynthia Aïssy, Directrice Générale de KeyOpsTech

« KeyOpsTech propose un suivi digitalisé et sécurisé de colis entre les  villes d’Afrique subsaharienne via smartphone”

KeyOpsTech, est une solution informatique qui permet d’envoyer un colis ou un plis entre différentes villes d’Afrique subsaharienne avec un suivi digitalisé et sécurisé pour l’expéditeur et le destinataire.

Financial Afrik : Cynthia Aïssy , vous êtes la Directrice Générale de KeyOpsTech,  alors qu’est-ce que c’est KeyOpsTech ?

Cynthia Aïssy : KeyOpsTech est une solution informatique qui permet le suivi digitalisé de colis et de plis entre les différentes villes d’Afrique subsaharienne. Nous sommes présents en Côte d’Ivoire et au Sénégal depuis 2018 et depuis quelques mois au Mali et au Burkina.  Depuis le début de notre activité en février 2018, nous avons déjà livré près de 200 000 colis.

Nous proposons aux transporteurs, plus précisément les compagnies de cars qui desservent l’intérieur du pays, cette solution informatique qui digitalise les flux de colis et de plis et leur permet en temps et en heure de pouvoir suivre leurs activités. Identifier et tracer la totalité des colis de la création à la livraison via une application mobile qui est mise en place au niveau de chaque maillon de la chaîne, donc chaque personne qui va toucher au colis en gare. Une plateforme en ligne permet à la direction de suivre ses activités et d’avoir une meilleure visibilité sur les performances de chaque agence.

Quand on sait qu’en Afrique subsaharienne le secteur du transport terrestre est la plupart du temps tenu par des personnes peu ou pas lettrées comment allez-vous réussir à leur faire intégrer cette technologie dans leur quotidien ?

Le transport est un des secteurs qui fonctionne encore de manière très traditionnelle avec beaucoup d’outils papier. C’est un travail de fond que nous faisons tous les jours afin d’accompagner nos utilisateurs. Nous équipons principalement les guichetières qui se chargent aujourd’hui de créer des colis via des bordereaux papier. Elles sont souvent jeunes et habituées à utiliser les nouvelles technologies, elles apprennent donc rapidement. Les équipes ont très peur au départ forcement parce que c’est un changement d’habitudes, mais grâce à nos formateurs sur place, nous sommes près d’eux pour les accompagner dans la transition. En étant constamment sur le terrain, cela nous permet d’identifier les innovations mais aussi les contraintes à prendre en compte pour améliorer notre produit et améliorer l’expérience utilisateur. J’ai une équipe opérationnelle qui est 24h sur 24 sur le terrain pour faire des rappels de formations, accompagner et interviewer les clients.

Et quels retours avez-vous à ce stade ?

Il y a deux types de clients : les compagnies de cars et les le client final qui envoie et reçoit des colis. Les compagnies de cars sont ravies car elles peuvent augmenter leurs chiffres d’affaires. Quant au client final, les notifications par sms sont très appréciées. En effet, avant, ils devaient dépenser du crédit pour contacter la gare ou le destinataire pour s’assurer de la livraison du colis. C’est des dépenses et du temps perdu en moins et plus de tranquillité. Les clients sont donc très satisfaits.

Quel est le profil de vos clients ?

Nous vendons la solution informatique aux transporteurs. Mes clients ont donc des profils très variés : directeurs de compagnies de bus, de petites, moyennes et grandes entreprises. Certains qui ont 5 destinations d’autres plusieurs dizaines. Nous transportons des colis et des plis à volume variable.

Étant donné que vous traversez des frontières et avez des lignes entres différents pays, prenez-vous en compte les taxes douanières dans vos frais ?

Le transporteur est celui qui décide et fixe le prix qu’il souhaite. KeyOpsTech commercialise uniquement la solution aux compagnies de cars. Que ce soit entre Abidjan et Korhogo, c’est-à-dire dans le même pays, ou à l’international c’est le transporteur qui se charge de fixer les montants et d’intégrer ce coût.

Je pose la question parce que avec votre plateforme vous parlez d’un accompagnement sécurisé et tracé donc la traçabilité prend-t-elle en compte les risques de la route ?

Tout à fait. Il existe toute sorte de risques aujourd’hui la traçabilité permet au transporteur que ce soit terrestre, aérien ou maritime de savoir exactement qui fait quoi à quel moment. Nous n’offrons pas de la géolocalisation pure c’est-à-dire savoir que le colis est à deux kilomètres de Bouaké mais nous allons plus loin avec un véritable transfert de responsabilité. Par exemple, Mohamed est chauffeur et c’est lui qui a la responsabilité de mon colis. À 18h il sera à Bouaké et c’est maintenant la guichetière qui va récupérer le colis. Ce qui permet au transporteur de savoir qui est responsable du colis à un moment précis.

Vous vous focalisez sur l’intérieur du pays  et les grandes villes ?

KeyOpsTech ambitionne d’être présent demain partout en Afrique subsaharienne. Nous avons effectué plusieurs études de marché et identifié des villes à fort potentiel. Ce sont des capitales, des villes secondaires ou des petites villes. Nous sommes présents dans 4 pays aujourd’hui mais très vite nous allons étendre notre offre dans la sous-région.

Combien coûte la prestation ?

Il est difficile pour moi de vous donner un prix car il est défini en fonction du volume. Le prix est dégressif en en fonction du volume.

Plusieurs entreprises proposent des envois digitalisés quelle est la différence entre KeyOpsTech et les autres ?

La différence c’est que nous proposons le suivi digitalisé de colis de la création du colis jusqu’à la livraison avec un transfert de responsabilité. Aujourd’hui il y a énormément de livraisons suivies ou tracées dans les zones urbaines et qui s’assimilent beaucoup à la géolocalisation. Notre système est conçu pour permettre, à terme, de connecter les villes entre elles dans toute la région.

Mireille Patricia Abié
financialafrik

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut