Accueil / Dossiers / FINANCE : Rencontre Club des Dirigeants de Banques - Dakar 2018 / INTERVIEW : « Le monde de la banque est traversé aujourd’hui par des innovations technologiques » dixit Mamadou Bocar Sy, Président de l’APBEF -Sénégal

INTERVIEW : « Le monde de la banque est traversé aujourd’hui par des innovations technologiques » dixit Mamadou Bocar Sy, Président de l’APBEF -Sénégal

INTERVIEW :  « Le monde de la banque est traversé aujourd’hui par des innovations technologiques » dixit Mamadou Bocar Sy, Président de l’APBEF -Sénégal

Administrateur Directeur général de la Banque de l’Habitat du Sénégal (BHS), Mamadou Bocar Sy est à la tête de l’Association Professionnelle des Banques et Établissements financiers du Sénégal (APBEFS). Le banquier décrypte l’environnement bancaire, les nouvelles réglementations Bale II et Bale III, ainsi que les principaux enjeux dans l’entretien qui suit. Lisez plutôt.

 

Ecodafrik : Dakar accueille les 29ièmes journées annuelles du Club des Dirigeants de Banque et Etablissement Financiers. Quelles sont concrètement vos attentes ?

Bocar Sy : Quand les banquiers se réunissent pour parler de risques, ils sont dans leur métier quotidien. L’objectif c’est d’accueillir le Club des Dirigeants de Banques afin de voir comment mieux accompagner l’économie du continent. Il s’agir de voir comment mieux accompagner les clients ainsi que les acteurs économiques. Le monde de la banque est traversé aujourd’hui par des innovations technologiques, ainsi que des risques liés à ces innovations. C’était important de se reunir pour mieux sécuriser le système bancaire ainsi que les clients des banques.

 

Quelle appréciation faites-vous des nouvelles réglementations en vigueur ?

Cette réglementation est déjà en vigueur depuis le 01 er janvier 2018. Elle était déjà là bien avant mais c’est vraiment l’adaptation. Quand on entend parler de Bale II et Bale III, c’est qu’il y a eu Bale I. C’est l’évolution progressive des systèmes des banques en matière d’analyse de risque pour s’adapter au type de risques en économie. C’est censé être une reforme que, si elle est bien appliquée va permettre de protéger l’épargnant, le client, les banques. Cette règlementation donne une meilleure analyse des risques. Ce ne sont pas seulement des risques financiers mais des risques opérationnels, et de nouveaux types de risques notamment la cybercriminalité, la vulnérabilité des systèmes d’information.

 

Les banques paraissent méfiantes ?

Quand quelque chose est nouveau on se pose des questions. Nous ne sommes qu’au mois de février. Je ne pense pas qu’il ait eu de problème insurmontable. Quand on met en place un système de risque, c’est fait pour s’adapter. Mais quand on parle de réforme les gens sont inquiets. Il y a une partie psychologique des reformes, il faut refuser de se laisser inhiber. Et de se dire que si ça été mise en œuvre, c’est pour corriger quelques choses ou protéger et puis corriger et s’adapter au fur et à mesure.

 

 

Propos transcrit par Balguissa Sawadogo

 

Balguissa Sawadogo

Envoyée Spéciale Ecodafrik à Dakar

Aller en haut