Accueil / Tic & Telecoms / Isabel dos Santos veut revenir sur son projet d’entrer dans le capital de Portugal Telecom

Isabel dos Santos veut revenir sur son projet d’entrer dans le capital de Portugal Telecom

Isabel dos Santos veut revenir sur son projet d’entrer dans le capital de Portugal Telecom

Le retrait de l’offre publique d’achat faite par Isabel Dos Santos, la femme d’affaires milliardaire et fille du président de l’Angola Jose Eduardo Santos, n’a pas marqué la fin de la volonté de cette dernière d’entrer dans le capital de Portugal Telecom, apprend-on de sources médiatiques angolaises.

Soutenue par des petits investisseurs de l’opérateur portugais, Mme Dos Santos serait en train d’examiner des possibilités d’une alternative à l’OPA initiale qui n’avait pas eu une fin heureuse. Deux voies s’offrent désormais à l’une des plus grosses fortunes d’Afrique. Soit elle achète directement des parts à certains investisseurs, soit encore elle acquiert une partie du Capital de Oi, l’entreprise brésilienne actionnaire de référence de Portugal Telecom

La marge de manœuvre pour Isabel Dos Santos est assez fine, Oi ayant déjà entrepris des discussions avec Altice, pour la vente de Portugal Telecom, au prix de 7,2 milliards d’euros contre les 1,2 milliard que proposait l’Angolaise. Pourtant les actionnaires minoritaires, eux, sont dans une logique toute différente. Ils estiment que l’offre de Mme Dos Santos quoique petite en volume, valorisait l’action à 1,35 euro, un prix intéressant au regard des 0,68 euro qu’elle vaut depuis vendredi 2 janvier 2015.

Les actionnaires de PT devraient se réunir le 12 janvier 2014 prochain pour décider de l’offre d’Altice. Les petites investisseurs menacent déjà de faire opposition si leurs considérations ne sont pas prises en comptes. Pour cela, il leur faudra réunir au moins la minorité de blocage, à savoir 30% des voix.

Avec une fortune estimée à 3,5 milliards $, Isabel dos Santos est déjà actionnaire au Portugal, à hauteur de 19,5%, d’une banque locale, la Banco BPI. Ses investissements se retrouvent dans les secteurs des services financiers, des médias, de l’énergie et des télécommunications.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut