dimanche 20 septembre 2020
Accueil / Tic & Telecoms / Journée mondiale du mot de passe : et si on changeait enfin de méthode d’authentification ?

Journée mondiale du mot de passe : et si on changeait enfin de méthode d’authentification ?

Journée mondiale du mot de passe : et si on changeait enfin de méthode d’authentification ?

Ce jeudi 7 mai est la Journée mondiale du mot de passe. Cette méthode de protection informatique qui règne depuis des décennies, basée sur un savoir, s’est retrouvée largement dépassée par les niveaux de sécurité offerts par les technologies biométriques, fondées sur une ou plusieurs caractéristiques physiques.

La société Nuance Communications est un acteur important dans les solutions de sécurité utilisant la biométrie vocale. Voici l’analyse de ses deux experts Brett Beranek et Simon Marchand sur les mots de passe et la fraude en 2020 :

« Au cours des dernières semaines, nous avons pu constater une augmentation flagrante du volume de fraudes : entre +200% et +400% selon les secteurs d’activité. Du social engineering au phishing en passant par la création de faux sites internet, les cybercriminels tirent profit de toute faille de sécurité favorisée par la pandémie actuelle et les changements qu’elle a induits. C’est en particulier la sécurité des mots de passe et PIN, fondée sur un « savoir », qu’ils mettent à rude épreuve. A l’heure où l’activité en ligne bat des records et les entreprises sont contraintes de déployer le télétravail à grande échelle sans compromettre leur sécurité, le recours à la biométrie est plus que jamais nécessaire.

La Journée mondiale du mot de passe est l’occasion d’appeler à une extrême prudence : les fraudeurs sont à l’affût de toute vulnérabilité dans la nouvelle organisation des entreprises, et exploitent les craintes des consommateurs. Gardons cependant à l’esprit que l’innovation émerge souvent de contextes incertains, et que cette période pourrait donc aider à déployer les solutions qui nous protégeront mieux à l’avenir. »

Brett Beranek, Vice-président et Directeur général de la division Sécurité et Biométrie chez Nuance

« A mesure que les consommateurs vont être confrontés à une activité frauduleuse en plein essor – particulièrement en ces temps de pandémie – ils attendront une meilleure protection de la part des entreprises avec lesquelles ils échangent. Beaucoup d’entre eux prendront même les devants, cessant d’utiliser des services basés sur des méthodes de protection archaïques comme les mots de passe, pour se tourner vers des approches plus innovantes et rassurantes comme les technologies biométriques.

La biométrie a fait ses preuves pour aider à attraper des cybercriminels au moment-même où ils essayent de commettre une fraude, et pour permettre de prévenir cette situation. Plus d’un tiers (36%) des consommateurs se déclarent disposés à collaborer avec des entreprises qui utilisent la biométrie. Un quart (25%) d’entre eux souhaitent même que davantage d’entreprises y aient recours. [1]

Les organisations doivent en permanence travailler à équilibrer une expérience utilisateur fluide et facilement accessible avec de solides mesures de sécurité. Les consommateurs se servent de plus en plus des canaux digitaux, sur lesquels ils attendent un certain niveau de sécurité. En revanche, ils ne souhaitent pas ressentir la moindre frustration en utilisant ces services. Les mots de passe sont non seulement une contrainte pour les utilisateurs, mais ils présentent par essence un degré de protection limité. En cette Journée mondiale du mot de passe, il est grand temps de repenser nos méthodes d’authentification. »

Simon Marchand, Chief Fraud Prevention Officer au sein de la division Sécurité et Biométrie de Nuance


[1] Ces deux statistiques proviennent d’une étude réalisée en avril 2019 par OnePoll pour Nuance, auprès de 5000 répondants.

cio-mag

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut