Accueil / Finances / JP Morgan en tête des banques d’importance systémique au niveau mondial en 2017

JP Morgan en tête des banques d’importance systémique au niveau mondial en 2017

JP Morgan en tête des banques d’importance systémique au niveau mondial en 2017

PARIS (Agefi-Dow Jones)–Le Conseil de stabilité financière a publié mardi sa liste annuelle des banques d’importance systémique au niveau mondial, identifiant 30 établissements qui devront détenir, à partir de 2019, des fonds propres plus élevés que le minimum requis afin de refléter leur taille et leur importance pour le système financier mondial.
La banque américaine JP Morgan (JPM) occupe la tête de ce classement et doit détenir 2,5 points de pourcentage de capitaux supplémentaires. Sa compatriote Citigroup, classée en 2016 dans la même catégorie, a été reléguée d’un cran. Comme Bank of America, Deutsche Bank et HSBC, Citigroup doit désormais disposer d’un niveau de fonds propres supérieur de 2 points de pourcentage aux exigences de base.

BNP Paribas , classée avec ces quatre banques l’année dernière, a été reléguée dans la catégorie inférieure et doit désormais posséder des réserves de fonds propres supérieures de 1,5 point de pourcentage aux critères minimaux. Goldman Sachs, Barclays, Wells Fargo, Mitsubishi UFG FG et les banques chinoises Bank of China, China Construction Bank et Industrial and Commercial Bank of China se situent également dans cette catégorie.

Les établissements d’importance systémique sont répartis en cinq catégories. La plus basse, qui comprend 17 banques dont les françaises Société Générale et Groupe Crédit Agricole, impose une surcharge de fonds propres égale à un point de pourcentage. La catégorie la plus élevée, qui requiert 3,5 points de pourcentage de fonds propres supplémentaires, ne concerne aucune banque.

Le nombre de banques est le même que l’année dernière mais les exigences de fonds propres ont été modifiées pour plusieurs banques. Par ailleurs, Groupe BPCE a quitté la liste des établissements d’importance systémique au niveau mondial, et a été remplacé par Royal Bank of Canada.

Le classement établi cette année par le Conseil de stabilité financière, en consultation avec le Comité de Bâle et les autorités nationales, se fonde sur la taille et les activités des banques à la fin 2016. Outre des fonds propres supplémentaires, les banques d’importance systémique au niveau mondial doivent respecter d’autres critères plus stricts afin de refléter les risques qu’elles poseraient au système financier en cas de faillite.

lesechos

Aller en haut