Accueil / Finances / Kenya : sept succursales de Barclays fermeront dès octobre prochain

Kenya : sept succursales de Barclays fermeront dès octobre prochain

Kenya : sept succursales de Barclays fermeront dès octobre prochain

Après avoir lancé son programme de départs volontaires, Barclays Bank Kenya ferme sept succursales à travers le pays afin de réduire ses coûts. L’opération sera effective à compter du 1er octobre et le personnel sera notamment déployé vers d’autres agences de la banque.

Barclays Bank Kenya se met au régime au Kenya. La filiale de la sud-africaine Barclays Africa, où le propriétaire majoritaire Barclays Plc réduit sa participation, a annoncé ce 3 juillet qu’elle fermerait sept de ses succursales dans le pays à partir du 1er octobre. Une action qui selon le management entre dans le cadre d’une politique de réduction des coûts. Mais le procédé n’aura pas d’incidence sur le personnel employé dans les succursales concernées. Selon un communiqué de la banque, «il s’agit d’un mouvement de consolidation visant à aligner notre entreprise sur l’environnement actuel». À l’heure actuelle, Barclays Kenya compte 102 succursales à travers le pays.

La banque a également précisé dans son communiqué que ces collaborateurs en poste dans les agences de l’avenue Moi, Haile Salassie, Waiyaki Way, Kawangware, Rahimtulla, la succursale Nakumatt Meru et la branche Wundanyi seront redéployés en fonction des possibilités et des compétences disponibles. Le mois dernier, la banque avait annoncé qu’elle comptait lancer un programme de départs volontaires pour l’intégralité de ses ressources humaines. L’opération qui s’étalera sur une période d’un mois a démarré le 19 juin dernier. 130 employés auraient déjà accepté l’offre, selon la banque.

Du côté des clients, la banque se veut rassurante. Elle a déclaré avoir déjà avisé les clients dont les comptes sont domiciliés dans les succursales concernées ou qui y ont utilisé un service au cours de l’année écoulée pour les rediriger vers d’autres points de service.

Suivre les nouveaux trends

L’utilisation accrue des technologies mobiles n’a pas été sans répercussion sur l’architecture des banques commerciales au Kenya. Pour accroître leur efficacité et réduire les coûts d’exploitation, nombre entre elles, ont décidé de réduire leur réseau de succursales au profit de services à distance basés sur la technologie mobile et Internet.

Si Barclays annonce que l’opération se fera sans licenciements, d’autres banques se sont montrées moins «clémentes». Neuf autres banques ont opéré des opérations de «réduction de coûts» qui ont coûté leur emploi à 2 000 personnes, à travers des licenciements directs ou des programmes de départs volontaires.

Mehdi Lahdidi
la tribune afrique

Aller en haut