Accueil / Tic & Telecoms / Klaxoon lève 5 millions d’euros pour conquérir le monde…

Klaxoon lève 5 millions d’euros pour conquérir le monde…

Klaxoon lève 5 millions d’euros pour conquérir le monde…

L’agitateur d’idées en entreprises Klaxoon lève 5 millions d’euros pour conquérir le monde

Le Rennais Klaxoon, qui a créé une solution d’interaction pour la formation et le brainstorming en équipe, lève 5 millions d’euros auprès d’investisseurs français et étrangers. Il veut accentuer son internationalisation et planche sur de nouveaux concepts.

 

C’est la petite boite qui monte. La box du Rennais Klaxoon, et sa solution permettant de partager simplement les connaissances, stimuler le dialogue de groupe, le travail d’équipe et l’intelligence collective, séduisent bien au-delà de la France. En un an, le nombre d’utilisateurs est passé de 18 000 à 100 000 ! Aux grands groupes comme L’Oréal, Thales, Nestlé, Dior, Décathlon, se sont ajouté des grandes écoles (Ifag, London business school) et des cadors de la formation (CSP, numéro 3 du secteur en France, a équipé tous ses collaborateurs). Mais aussi une armée d’indépendants et de consultants qui peuvent réinventer leur manière de travailler grâce aux outils d’interaction de la start-up, spin-off de l’agence Regards. Klaxoon est aussi plébiscité dans l’événementiel, pour créer de l’interactivité lors de soirées par exemple.
Tour de table international

La dynamique est enclenchée. Et pour aller plus vite et plus loin, la société, qui avait plutôt une culture d’autofinancement, a bouclé sa première levée de fonds… sept ans après sa création. “Nous avions refusé pas mal de propositions, confie Matthieu Beucher, PDG de Klaxoon. Mais là, on pense vraiment qu’on peut accélérer. Le défi était de trouver des investisseurs internationaux et des acteurs qui nous apportaient vraiment quelque chose, pas seulement des fonds”. Challenge réussi, avec une levée de 6 millions d’euros à laquelle participent le fonds new-yorkais White star capital et Wind (basé à San Francisco et Bruxelles). Mais aussi un fonds régional, pour garder un ancrage local, avec Arkea Capital, et des business angels français : Xavier Niel (Kima Ventures), Cyril Grislain Karray (ex Partner McKinsey Brésil) et Xavier Gury (ex Publicis Digital Asie).

bientôt 150 salariés

Klaxoon, qui vient de passer la barre des 100 salariés et d’inaugurer un tout nouveau campus très innovant, compte s’installer rapidement en Amérique du nord. Parce que c’est un énorme marché, bien sûr, mais aussi parce que l’accueil de la solution est très favorable. “La pédagogie active est présente dans les pays anglo-saxons depuis un bout de temps, le marché ouvert à ces approches agiles”, décrypte le fondateur. Mais l’équipe de Klaxoon manque encore d’expertise pour bien appréhender ces marchés prometteurs d’un point de vue marketing et réellement penser global. La start-up va construire un support client international digne de ce nom et renforcer ses équipes commerciales. Elle prévoit de recruter une cinquantaine de personnes dans les douze prochains mois.

Créer un “leader mondial”

L’objectif est bien de “construire un leader mondial” pour toucher “les 500 millions de personnes qui utilisent aujourd’hui Powerpoint”, s’enthousiasme le dirigeant. Au-delà du sujet de la formation et du travail collaboratif en entreprise, Klaxoon veut créer des outils simples pour favoriser la mémorisation, mais surtout la créativité et “dans tous ces moments où il faut se dépasser collectivement” (Et Dieu sait que l’on a besoin d’intelligence collective ces temps-ci !) De nouveaux produits sont en préparation dans les locaux flambant neufs de la start-up.

La jeune pousse française rêve d’un destin à la Slack ou à la Trello… ou même encore mieux, selon son patron. “Nous nous sommes construits discrètement et plus doucement que ces acteurs mais on a bâti une équipe qui a un sens du collectif et a des approches disruptives”. Alors, chiche ?

Sylvain Arnulf / usine-digitale.fr

Aller en haut