Accueil / Développement / l est temps que les BRICS assument leur leadership

l est temps que les BRICS assument leur leadership

l est temps que les BRICS assument leur leadership

Le Sommet des BRICS à Xiamen offre une nouvelle opportunité pour que les dirigeants des cinq Etats-membres puissent combler le déficit de gouvernance, alors que l’ordre mondial a un besoin urgent d’être restructuré.

Le Sommet, qui aura pour thème « Un Partenariat plus fort pour un avenir radieux », inclura des discussions sur l’utilisation plus équitable des ressources, afin d’améliorer les infrastructures et d’assurer le libre-échange des biens et des services au sein du groupe de marchés émergents.

Pendant plusieurs décennies, les ressources ont été monopolisées par les nations développées, laissant les nations en développement manquant d’infrastructures et de développement social.

Ayant contribué pour plus de la moitié de la croissance mondiale au cours des dix dernières années, les nations des BRICS sont en train de trouver leurs propres solutions pour faire face aux disparités de gouvernance.

La Nouvelle banque de développement (NBD) des BRICS, qui fut lancée en 2014 pour se concentrer sur les projets d’infrastructures et de développement durable, est un bon exemple de ce à quoi pourrait ressembler une nouvelle sorte de gouvernance mondiale.

Contrairement au système de quota d’autres institutions financières internationales basé sur le rôle de certains membres, les membres de la NBD ont des droits de vote égaux. Il s’agit là de l’une des caractéristiques de la banque.

Cette année, la Chine a par ailleurs proposé le système « BRICS Plus », invitant au cours du Sommet les dirigeants d’Egypte, de Guinée, du Mexique, du Tadjikistan et de Thaïlande à participer au Dialogue des marchés émergents et des pays en développement, et à engager le dialogue avec les membres des BRICS.

Cela permettra au Sommet des BRICS d’être une plateforme efficace pour exprimer les besoins, les demandes et les aspirations des nations en développement et sous-développées dans le monde, et à l’organisation de jouer un rôle plus décisif dans la gouvernance mondiale.

Selon les termes de Robert Lawrence Kuhn, un observateur de la Chine basé aux Etats-Unis, la perfection n’existe pas. Il est donc cohérent que le groupe des BRICS apporte une certaine diversité à la gouvernance mondiale et serve de test pour la gouvernance partagée des affaires mondiales.

Avec la montée du protectionnisme sur des marchés majeurs comme les Etats-Unis et certaines parties de l’Europe, les messages des dirigeants des BRICS sur la mondialisation et le libre-échange résonnent sur le plan international et créent des opportunités pour une prospérité mondiale.

Les BRICS doivent combler ce vide et donner des indications claires sur ce qu’ils voient pour le futur de la mondialisation. Il leur faut jouer leur rôle dans la construction de la prochaine phase de la mondialisation.

Avec le G20, l’initiative des nouvelles Routes de la soie et les BRICS, l’ordre mondial connaît des changements graduels et s’oriente vers un monde plus juste et plus équilibré.

La Chine n’est pas prête – ni capable – de remplacer ou de répliquer le vaste réseau de méandres politiques et économiques maintenu par les Etats-Unis. Cependant, tout supplément bénéfique à l’ordre existant est désirable pour la prospérité mondiale.

LIANG Chen
French.china.org.cn

Aller en haut