Accueil / Finances / La BAD prête à travailler avec la BAII

La BAD prête à travailler avec la BAII

La BAD prête à travailler avec la BAII

En déplacement à Pékin, le président de la Banque africaine de développement (BAFD), Donald Kaberuka, a salué la création de la Banque asiatique d’investissements pour les infrastructures (BAII).

« Je crois que la BAII pourrait changer les règles du jeu dans les architectures financières internationales », a déclaré lundi M. Kaberuka, lors d’un séminaire organisé par un think-tank chinois à Pékin.

M. Kaberuka a affirmé que la BAII, en tant que partenaire de coopération de la BAFD et d’autres institutions financières, servirait de nouvelle source de financements et de développement, pour répondre à la demande croissante des pays dans le monde.

La BAII, dotée d’un capital autorisé de 100 milliards de dollars, a vocation à financer la construction d’infrastructures, étant donné que de nombreux pays ne sont pas en mesure de financer leur amélioration nécessaire.

Le 10 juillet, plusieurs banques de développement multilatérales, telles que la Banque mondiale et la BAFD, et le Fonds monétaire international ont signé des programmes pour prêter d’ici trois ans plus de 400 milliards de dollars, en particulier aux pays les plus pauvres et fragiles.

Cependant, il en faut plus. D’après M. Kaberuka, il existe encore un déficit annuel dans les financements de 50 milliards de dollars pour les infrastructures sur le continent africain. « Nous devons travailler étroitement avec la BAII pour assurer que ces fonds soient distribués au bon endroit », a souligné M. Kaberuka.

Sur le continent africain, seulement l’Afrique du Sud et l’Egypte ont figuré parmi les 57 fondateurs potentiels qui ont signé la Charte de la BAII le 1er juillet.

« Bien que la BAII soit un établissement créé essentiellement pour les pays asiatiques, elle est une institution ouverte. Je suis prêt à travailler avec la BAII dans le secteur des infrastructures en Afrique », a déclaré M. Kaberuka.

Source: XINHUA
financialafrik.com

Aller en haut