Accueil / Tic & Telecoms / La Banque centrale du Nigeria autorise WorldRemit à reprendre ses activités de transfert…

La Banque centrale du Nigeria autorise WorldRemit à reprendre ses activités de transfert…

La Banque centrale du Nigeria autorise WorldRemit à reprendre ses activités de transfert…

La Banque centrale du Nigeria autorise WorldRemit à reprendre ses activités de transfert d’argent vers le pays

 
Les Nigérians de la diaspora, utilisateurs du service de transfert d’argent international par Internet WorldRemit, peuvent de nouveau envoyer de l’argent à leurs proches vivant au pays. Suspendu le 02 août 2016 sur instruction de la Banque centrale du Nigeria (CBN) qui dénonçait une activité illégale dans le pays, WorldRemit est désormais dans les règles.

La société figure en effet dans la liste des onze entreprises aux ququelles le gendarme du système bancaire nigérian vient d’octroyer une licence d’exploitation de service de transfert d’argent international. Dans un communiqué signé le 30 août 2016 par Isaac Okorafor, son directeur de la communication institutionnelle, la Banque centrale du Nigeria (CBN) justifie l’autorisation accordée à WorldRemit (ainsi qu’aux dix autres sociétés de transfert d’argent international précédemment suspendues) par la poursuite de ses efforts visant à libéraliser le marché des changes.

La CBN explique ainsi qu’à travers cette diversification des opérateurs de transfert d’argent, l’objectif est d’« assurer la liquidité et de rendre les devises étrangères plus facilement accessibles aux faibles utilisateurs finaux ».

Se réjouissant de la reprise des activités de WorldRemit vers le Nigeria, Ismael Ahmed, le fondateur et président directeur général de la société, a remercié « tous les Nigérians de la diaspora et du Nigeria qui ont soutenu notre appel pour la restauration du service ». Il estime que la licence octroyée à WorldRemit par la Banque centrale du Nigeria témoigne de l’engagement de l’institution à faciliter l’accès de tous les Nigérians à des services de transfert d’argent de qualité à de faibles coûts.

 

 

 

Muriel Edjo / agence ecofin

Aller en haut